opposition« Tout d’abord, il est important d’expliquer que le dialogue politique n’est pas un tribunal où un juge donnerait raison à tel et tort à tel autre », a précisé l’honorable Aboubacar Sylla, lors d’un entretien téléphonique avec Guineematin.com sur un article que le porte parole de l’opposant désapprouve.

Dans ses explications, Aboubacar Sylla a d’abord indiqué que le dialogue permet à toutes les tendances politiques de s’entendre sur les points à débattre. Et, si un désaccord survenait, cela donnerait plutôt lieu à un blocage. En réalité, le président de l’UFC et porte parole de l’opposition ne peut pas accepter qu’on écrive que l’opposition a échoué ou que la mouvance présidentielle a gagné, puisque le débat ne se passe pas en échec et gain. Si une des mouvances politiques (opposition ou majorité présidentielle) n’est pas satisfaite, c’est le dialogue qui sera paralysé.

Concernant le point sur lequel Guineematin.com a estimé que l’opposition est sortie perdante, monsieur Sylla a dit que les représentants de la CENI ont expliqué ce lundi l’importance des activités qu’ils mènent sur le terrain, quelque soit le mode d’élection qui sera retenu à l’issue du dialogue : que ce soit pour des élections communales, locales, législatives… Or, la demande d’arrêt des activités par l’opposition était motivée par le chronogramme de la CENI qui parlait des élections communales, alors que les opposants souhaitent un couplage avec les élections locales (quartiers et districts).

Bref, pour avoir le cœur net, l’opposition a demandé que la CENI dépose au dialogue son chronogramme électoral dès demain ! Ce qui est très loin d’être un échec, se consolent nos opposants, qui se remettent peu à peu du « coup KO » du 11 octobre 2015, et qui n’aime donc pas qu’on lui parle encore d’échec…

A suivre !

Nouhou Baldé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin