Alexander Laskaris, Ambassadaeur des USA en GuinéeL’Ambassadeur Alexander Laskaris a officiellement ouvert le Deuxième Forum Annuel sur les Droits de l’homme de l’Ambassade des États-Unis en Guinée déclarant: « Construire l’architecture de la démocratie est un élément essentiel pour assurer l’égalité des droits. Nous sommes déterminés à travailler avec nos amis guinéens sur l’avancement d’un programme commun. » Le Ministre des Droits de l’Homme, Gassama Diaby, la Ministre de l’Action Sociale Camara Sanaba Kaba, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l’Homme Louis-Marie Bouaka, et la Cheffe de la Section Politique et Economique de l’Ambassade, Melinda Crowley ont aussi rejoint l’Ambassadeur pour accueillir les 100 participants à l’événement de deux jours. L’événement a pris fin avec le lancement officiel de la Campagne Nationale contre les Mutilations Génitales Féminines / Excision (MGF/E) de la Guinée, financée par le Département d’État américain.

Le forum de cette année met l’accent sur « l’Action et la Responsabilité. » Après les allocutions de bienvenue, les participants ont écouté un panel de survivants des crimes et violations contre les Droits de l’Homme. Ce groupe comprenait un jeune homme qui est allé au Stade de Conakry le 28 septembre 2009, à la recherche de la démocratie. Au lieu de cela, il a reçu une balle dans la jambe, et a vu ses amis tués à ses côtés. Il est toujours à la recherche de la justice. Un homme a raconté l’histoire de son neveu, qui a été arrêté, privé d’un procès équitable, et puis il est mort en prison après avoir été refusé un traitement médical – malgré que sa famille ait payé un pot de vin pour sa libération. Des rescapés de la traite des personnes, la violence basée sur le genre et les MGF/E ont aussi raconté leurs histoires. Un handicapé (homme/femme) a également décrit les difficultés poignantes qu’on rencontre dans un pays où l’on souffre de discrimination, et des efforts minimum pour aider les personnes handicapées.

Puisque le forum met l’accent sur « l’Action et la Responsabilité », les participants ont ensuite écouté des représentants de six ONG locales et internationales au sujet des programmes locaux réussis  dans le cadre des Droits de l’Homme. La directrice de l’AGUIAS a décrit comment elle a mis en place un refuge et une ligne téléphonique pour les victimes de mariage forcé et de violence contre les femmes. Le directeur de Sabou Guinée a expliqué comment son organisation a aidé des centaines d’enfants à échapper au travail forcé et retourner à leurs parents. La directrice-pays d’IFES a décrit les programmes d’éducation civique réussis de son organisation; Search for Common Ground a donné un aperçu des campagnes dans les médias; FECPA a discuté du rôle des femmes dans la réconciliation; et le Réseau des Femmes du Fleuve Mano a décrit son programme réussi pour introduire les Droits de l’Homme dans les programmes d’études dans cinq des plus grandes écoles de Conakry.

La Directrice de la Mission de l’USAID, Michelle Godette et le Directeur-pays de l’UNICEF, Mohamed Ag Ayoya, ont clôturé le premier jour sur une note positive – avec des discussions sur la façon dont leurs programmes, le soutien financier et l’assistance technique ont permis de progresser sur le programme des Droits de l’Homme et du développement en Guinée.

La deuxième journée de l’événement visait à amener les activistes locaux et les membres du gouvernement à travailler ensemble sur des campagnes créatives et efficaces pour les Droits de l’Homme. La séance a commencé par la journaliste lauréate, Kadiatou Touré de la RTG. Mme Touré a remporté le prix du meilleur journaliste en Guinée en 2013 pour son rapport sur le travail forcé des enfants dans les mines d’or. Les participants ont visionné son rapport, et Mme Touré a répondu aux questions de l’auditoire.

Par la suite, les participants se sont répartis en groupes d’action pour discuter de huit thèmes différents et ont créé une campagne de sensibilisation et d’action pour chaque thème. Ceux-ci comprenait, la bonne gouvernance et la corruption, la violence basée sur le genre, les MGF/E, la réforme de la justice, les conditions de travail, la traite des personnes, l’éducation civique et les droits des personnes handicapées.

L’événement de deux jours a pris fin avec la signature du Mémorandum d’Entente officiel lançant la Campagne Nationale contre les MGF/E de la Guinée. Ce programme, financé par le Bureau des Questions de Femmes dans le Monde du Département d’Etat américain, avec l’appui de l’UNICEF et du Ministère de l’Action Sociale, crée une nouvelle ligne téléphonique d’urgence contre les MGF/E, une campagne multimédia contre les MGF/E, un programme d’éducation sur les Droits de l’Homme contre les MGF/E et contribue à la protection des filles et des femmes vulnérables contre les pratiques néfastes des MGF/E en Guinée.

Communiqué de l’ambassade des Etats Unis en Guinée

Commentaires