L’assemblée nationale hebdomadaire du RPG Arc-en-ciel de ce samedi 17 juin 2017, se tient dans une véritable pagaille. Au moment où le bureau politique national est entrain de s’entretenir avec certains militants, d’autres jouent au corps à corps à la porte d’entrée du siège, rapporte un reporter de Guineematin.com qui est sur les lieux.

Actuellement (13 heures), face aux militants, Sanoussy Bantama Sow se déchaîne sur les militants, les cadres de l’administration et également les opposants.

S’adressant, à ceux qui font la pagaille à la rentrée, le ministre conseiller à la présidence annonce l’ouverture immédiate d’une enquête après la réunion pour situer les responsabilités.

Aux cadres de l’administration (ministre, chef de cabinet, haut cadre de l’Etat), Sanoussy Bantama Sow interdit tout folklore venant d’eux à la rentrée du siège. « La seule personne qui a droit aux ovations désormais au siège ici est le président de la république », annonce-t-il.

Cette deuxième annonce du ministre Bantama fait suite aux ovations qui ont suivi la rentrée de la directrice générale du port autonome Hawa Keita, huée il n’y a pas longtemps au même endroit.

Se prononçant sur la menace de manifestation de l’opposition guinéenne, l’ancien ministre des guinéens de l’étranger n’est pas tendre. « Si l’opposition marche et les organisateurs ne sont pas arrêtés, nous allons marcher en retour contre les cadres du ministère. Parce que tous les cadres du ministère de l’Administration du territoire sont des anciens préfets et gouverneurs. Ils savent comment les choses marchent. Mais, ils sont tous indifférents comme s’ils ne sont pas concernés par ce qui se passe », soutient-il.

Pour finir Bantama Sow ajoute que « s’il y a une manifestation, les organisateurs demandent des autorisations. Et cinq personnes sont signataire de cette demande. S’il y a marche et qu’il y a des casses, ces personnes doivent être arrêtées et mises en prison. Parce qu’au temps du Général Conté, nous avons organisé une réception pour le président, bien que c’est le parti au pouvoir qui avait effectué des casses, les signataires de la lettre, dont Saloum Cissé, ont été arrêtés et ont fait un an prison », rappelle-t-il.

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 620848501

Facebook Comments