Le parti au pouvoir, le RPG-Arc-en-ciel, a tenu son assemblée générale hebdomadaire, ce samedi 01 juillet 2017. Deux points majeurs étaient à l’ordre jour. La visite du chef de l’Etat au Tchad et le débat sur le code électoral ont dominé cette réunion politique, a constaté sur place Guineematin.com à travers deux de ses reporters.

A la surprise générale, cette assemblée a été une tribune de contradiction entre les cardes du parti. Parmi les trois cadres qui se sont prononcés sur le deuxième point, les contradictions étaient palpables et le malaise de la réunion préparatoire de l’assemblée générale s’est transporté à la tribune devant les militants.

D’abord c’est le secrétaire administratif du parti qui a annoncé que rien n’empêche d’aller aux élections après la décision de la Cour Constitutionnelle. « S’il n’y a pas d’élections, c’est que c’est la mauvaise foi. Parce que la Cour a donné son arrêt. Mais, cette opposition dit qu’elle n’ira pas aux élections avec les chefs de quartiers. Nous avons gagné des élections ici sans chefs de quartier. Alors qu’en Guinée, les chefs de quartier ont été toujours nommés. Seulement, au temps de la révolution, les chef de quartier étaient élu », rappelle Lasana Komara.

Contrairement à Lansana Komara, le secrétaire général du ministère des affaires étrangères, Hady Barry demande au président Alpha Condé à ne pas promulguer cette loi électorale. Pour Hady Barry cette loi n’est pas conforme aux réalités du pays. « La loi de la République de Guinée ne permet pas à une loi qui comporte plusieurs dispositions non conforme à la Constitution, soit mis en application. C’est pourquoi, nous disons au chef de l’Etat de ne pas promulguer cette loi. Il serait erroné de promulguer une loi en pièces détachées. Prenons le temps pour voter une loi viable, une loi opérationnelle, pour régler une fois pour toute, les problèmes à l’avenir. On n’est pas pressé, le ciel ne va pas tomber sur la terre et la terre n’est pas prête à rejoindre le ciel. Il n’y a pas de péril en la demeure », estime-t-il.

L’ancien ministre, Alpha Ibrahima Keira estime que la décision de la Cour Constitutionnelle est un complot contre le président. « La Cour Constitutionnelle ne travaille pas toute l’année, elle ne fait qu’utiliser le budget de l’Etat.  Cette décision de la Cour Constitutionnelle est un complot contre le président, c’est contre les députés de l’assemblée nationale. Et c’est une manière de mettre le président dans une situation qui se retournera contre lui », accuse l’ancien ministre.

Abdoulaye Oumou  Sow pour Guineematin.com  

Tel: (00224) 620848501 

Facebook Comments

Guineematin