Laye Junior Condé, membre du RPG arc-en-ciel, directeur général de l'ONT (office national du Tourisme)« Les hommes vulgaires de la trempe de Laye Condé doivent comprendre que les temps ont changé. Le Sud-Guinéen n’est plus ce planteur de cola auxquels les acheteurs malhonnêtes imposaient leurs prix. Toute personne qui s’attaquerait sans raison à tout Guinéen nous trouvera sur son chemin. Trop c’est trop ! », proteste monsieur Antoine Akoï Sovogui

C’est le lundi 22 septembre dernier que monsieur Laye Junior Condé, directeur général de l’Office national du Tourisme (ONT) et responsable du parti au pouvoir, le RPG arc-en-ciel, interrogé par nos confrères des grandes gueules (Espace Fm), a tenu des propos jugés révoltants (cf : http://guineematin.com/?p=4159). Guineematin.com vous propose ci-dessous la réaction d’un de nos lecteurs, monsieur Antoine Akoï Sovogui :

La présente réflexion est ma réponse à l’allégation du Sieur Laye Junior Condé  selon laquelle la violence serait un des éléments du code génétique des Sud-Guinéens, péjorativement appelés « Forestiers ». Un propos de ce genre  révèle le mépris qu’affichent ouvertement les énergumènes comme le Sieur Condé vis-à-vis de nos peuples du Sud-Guinée. Cette rhétorique d’une personnalité du RPG est révélatrice de la philosophie de discrimination ethno-régionale que pratique cette formation politique depuis 2010 et même bien avant cette date. N’eut-été la dimension politique de l’individu, nul n’aurait perdu son temps à répondre à une telle élucubration. Pour rappel, le sieur Condé a tenu ces propos de dédain ethno-régionalistes sur la Radio « Espace FM » dans son émission « Les Grandes Gueules »,

En fait, tirer une conclusion de phénomènes isolés, comme les évènements de Womey, révèle une profonde limite de jugement. Une telle conclusion n’a ni poids empirique encore moins statistique. Devrait-on dire que les Japonais sont des cannibales parce qu’Issei Sagawa a tué et mangé Renée Hartevelt à Paris, en 1981 ? Devrait-on conclure que les Français sont tous grands de taille parce que le Générale De Gaulle l’était? Pour tout esprit lucide et responsable la réponse est non ! Partant, l’allégation de Laye Junior Condé, selon laquelle « les Forestiers ont la barbarie inscrite dans leur code génétique » est  gratuite. Elle établit le nanisme intellectuel de son auteur, Laye Condé. Pire, elle  confirme l’atavisme biologique selon lequel de temps en temps des éléments dépassés le long de la chaine d’évolution des espèces apparaissent par accident de la synchronie structurelle. Laye Condé est un Homo Erectus qui, par accident, a apparu parmi les homos sapiens. La stigmatisation collective des « Forestiers » sur la base d’un fait social isolé dans le temps et l’espace, comme le cas de Womey, est une interprétation sociologique non scientifique. En de simples termes, Laye Condé est un misérable inculte qui ignore son ignorance. Son appréciation quant à la barbarie innée des forestiers ne peut être que le produit d’un cerveau atone, c’est-à-dire affaiblit.

Aussi, le sieur Laye Condé prouve par son allégation débridée son ignorance sur le fait que les actes de violences collectives ont été commises partout et de tout temps. Ce n’est pas un fait unique aux Sud-Guinéens, ni aux noirs ni aux blancs. Les atrocités qui résultent de ces violences collectives sont souvent effarantes. Par exemple, selon des historiens, la Prise de la Bastille, en France, le 14 Juillet 1789, suivie par le Règne de Terreur, de 1793 jusqu’en 1794, aurait causé près de 40.000 morts ! Devrait-on en conclure que les Français ont le sens de la violence politique innée ? Et que dire de la révolte des paysans roumains en Mars 1907 en Moldavie ? Cette révolte, qui s’est  rapidement étendue jusqu’à la région de Valachie, se serait soldée par 11.000 morts ! Les roumains seraient de ce fait catalogués comme étant des personnes génétiquement violentes ?

Les propos de Laye Condé sur les antennes d’un média public traduisent le mépris qu’il entretient ouvertement pour le peuple Sud-Guinéen. Et puis qu’il est une personnalité du RPG, il interprète vraisemblablement le positionnement mental de ce parti vis-à-vis de ces peuples. Laye Condé confirment le syndrome du néofascisme ethno-régionaliste que pratique ouvertement le RPG contre les Peuhls et aussi contre les  »Forestiers ». C’est une pratique antinomique à l’esprit de la démocratie qui est fondée sur l’intégration de tous dans le tissu sociopolitique du pays. Un parti politique ne saurait intégrer les populations s’il pratique la discrimination ethno-régionale et la classification stéréotypée des autres peuples hormis le peuple de la région qui lui sert de bastion électoral.

De toutes les façons, pour avoir été méprisés maintenant et pendant longtemps, et sous tous les régimes, les Sud-Guinéens doivent sortir de leur apathie sociale. Ils doivent conjurer, par leur engagement dans l’action consciente, l’effet d’hypnose collective à laquelle ils sont assujettis depuis la colonisation et après l’indépendance de la Guinée. « C’est l’action qui est importante… si vous ne faites rien, vous n’obtiendrez aucun résultat » (Mahatma Gandhi). Cette hypnose collective a toujours présenté les « Forestiers » comme des gens incapables de réflexions mêmes élémentaires. La même hypnose leur a fait croire qu’ils sont de valeur moindre par rapport à leurs concitoyens des autres régions du pays.

Cependant, faut-il rappeler que l’intelligence est multiforme. La théorie de la multidimensionalité de l’intelligence d’Howard Gardner et celle de Robert Sternberg, qui définit l’intelligence sous une perspective psychosocial utilitaire,  établissent que l’intelligence n’est pas l’apanage d’une race ou d’une ethnie. Est-il besoin de rappeler qu’en 1957, un « Forestier », le feu Boï Guilavogui, plus tard Docteur en Mathématique, avait été le premier au CEP de l’Afrique Occidentale Française ?  Il est établi que les Sud-Guinéens ont la prédisposition pour l’intelligence académique. Comme les membres des autres communautés Guinéennes, ils sont médecins, magistrats, sociologues, managers, etc. Les Sud-Guinéens, comme tous les peuples des régions forestières, ont pour principe l’intégrité morale. Ils sont honnêtes et sincères. C’est cette intégrité morale que les peuples sans scrupules considèrent comme la marque de l’idiotie des Sud-Guinéens.

En fait qu’est-ce qui se cache derrière ces attaques d’abord physiques (Diecké, Galakpaye, Guéckedou, Saôrô et Zowota, etc.) et maintenant médiatiques du RPG contre les peuples du Sud-Guinée ? C’est l’une des expressions de fuite en avant d’Alpha Condé qui est conscient de ses limites quant au développement socioéconomique de la Guinée. Après avoir mis le Fouta en mal vis-à-vis du Manding, il entend mettre le Sud-Guinée en mal avec le Manding. En fait, en poussant ses supporteurs contre les Sud-Guinéens, Alpha Condé, qui n’a d’autres atouts que la politique politicienne, entend pousser les « Forestiers » à se positionner contre son régime. Ce sera pour lui l’occasion d’organiser des expéditions armées, comme il l’a toujours fait, pour transformer la région en zone de turbulence. Ce fait rendra cette région non propice à la tenue des présidentielles de 2015. L’objectif ultime de cette stratégie machiavélique est de repousser les élections jusqu’au moment où il sera sûr de les remporter par fraude. Aussi, cette manipulation va lui assurer le soutien des Malinkés, auxquels il va adroitement faire croire que les « Forestiers » sont contre son régime parce qu’il est « Malinké ». L’instinct de survie et de préservation hégémonique de ceux-ci, comme d’ailleurs toute communauté humaine, va les pousser à serrer d’avantage les rangs autour du RPG.

Pour conclure, les hommes vulgaires de la trempe de Laye Condé doivent comprendre que les temps ont changé. Le Sud-Guinéen n’est plus ce planteur de cola auxquels les acheteurs malhonnêtes imposaient leurs prix. Toute personne qui s’attaquerait sans raison à tout Guinéen nous trouvera sur son chemin. Trop c’est trop !

 Antoine Akoï Sovogui

Allez sur le lien ci-dessous pour réécouter Laye Junior Condé

L’émission les GG de ce lundi 22 septembre 2014 : drame de Womey avec le témoignage de Mariam Sono, les interventions de Laye Junior Condé et Bah Oury

Commentaires