Jean Marie Doré, député à l'Assemblée nationale, ancien PM« Je dis qu’on a voulu stigmatiser les forestiers en leur faisant adopter la responsabilité implicitement de l’expansion de la fièvre Ebola. Alors que depuis toujours, ils se nourrissent que ce que la nature donne », a dit, il y a quelques heures Jean Marie Doré, président de l’UPG, ancien Premier ministre de la Transition et député à l’Assemblée nationale, lors d’une conférence de presse.

 

Nous devons nous interroger ! J’ai lu la presse, presque toute la presse ! J’ai lu et écouté les discours des membres du gouvernement. J’ai été étonné du fait que personne ne s’est interrogé sur l’origine d’Ebola. Il y a une explication qui a été donnée et qu’il faut balayer du revers de la main. C’est le fait qu’on dise qu’Ebola était provoqué par la consommation de la viande du singe, de la sauve souris. Que si la sauve-souris fait des exercions sur les fruits, il ne faut pas manger ces fruits, sinon on attrape Ebola. Or, je ne sais pas si vous regardez tous le ciel de Conakry, moi ça me fait plaisir de regarder le ciel de notre capitale. Il y a une bande de sauves souris qui arrive à obscurcir Kaloum, le camp Camayenne, etc. Ce sont des milliers et des milliers que ces volatiles mammifères encombrent notre ciel.  Mais, jamais auparavant personne n’a attrapé Ebola. Si Ebola était provoqué par la consommation de la viande de brousse, ce qui est une ineptie- que ce soit l’OMS qui le dise, ce sont des bêtises- il y a longtemps que la forêt serait dépeuplée ! Quand je dis la forêt, c’est depuis la Guinée jusqu’en Afrique du Sud. En Côte d’Ivoire, les gens vivent de la consommation de la viande de brousse.

J’ai poussé mon observation, j’allais dire ma réflexion, pour regarder les contours de ces évènements. J’ai appris, sans en avoir la preuve, qu’il y a un laboratoire qui fait des essais cliniques sur les médicaments à Kénéma, en Sierra Leone, dans le coin qu’on a baptisé ‘’Bec de Perroquet’’. Et, c’est là où est né le premier cas d’Ebola. Alors, comme vous le savez, les microbes, les bactéries, existent dans la nature. Ils ont été créés en même temps que l’homme ; mais le virus est fabriqué en laboratoire. Alors, je me dis pourquoi ? Les Soussous, les Nalous, les Bagas, les Téminis, les Forestiers, les Golas et les Bassas du Libéria ne savent pas fabriquer les médicaments en laboratoire ! Et, la clinique de Kénéma appartient à quelqu’un qui est assez intelligent pour expérimenter des médicaments. Je n’ai pas la réponse. Mais, je dis quand même que quand il y a un malheur comme ça, il faut regarder autour de soi. Pourquoi c’est là-bas où Ebola a commencé ? Alors tout le monde regarde loin sans regarder sous ses pieds. Je pense que vous les journalistes professionnels, compétents parce que depuis longtemps vous êtes dedans, vous êtes devenus des enquêteurs compétents, pourquoi vous n’avez pas été à Kénéma pour nous informer sur les activités de ce laboratoire ? Je ne dis pas qu’il est coupable de quoi que ce soit ; mais, il y a ça aussi, parce que traiter un sujet comme une épidémie consiste à lever la tête pour regarder aussi bien sous ses pieds que loin.  Mais, si on a le regard fixé sur un seul coin de l’horizon, on risque de laisser passer la vérité ; telle est la situation. Je dis qu’on a voulu stigmatiser les forestiers en leur faisant adopter la responsabilité implicitement de l’expansion de la fièvre Ebola. Alors que depuis toujours, ils se nourrissent que ce que la nature donne.

Propos recueillis par Alpha Baldé

Facebook Comments