Amadou Diouldé Diallo, journaliste, Guinée, Décidément, de grandes portes s’ouvrent pour l’éminent journaliste sportif historien guinéen, Amadou Diouldé Diallo qui poursuit sa tournée d’explication et de sensibilisation sur l’histoire du Fouta Djallon et la lutte contre le Mandën Djallon.

Hier, mardi 11 novembre, jour historique en Europe en souvenir de la première guerre mondiale, il a été reçu au siège de l’Union européenne à Bruxelles par Mme Karmen Magarinos, la responsable de la commission européenne pour la Guinée, la Sierra Léone et le Libéria.

Au cours de leur entretien, Amadou Diouldé Diallo a évoqué la dramatique situation de la Guinée qui vit plus une dictature qu’une démocratie avec en toile de fond des  menaces de mort, la privation des libertés individuelles et collectives, l’étouffement de la liberté d’expression et les assassinats ciblés de tous ceux qui s’expriment différemment, alors que les tenants du pouvoir tiennent des propos outrageants qui compromettent les fondements de la nation sans être inquiétés.

Notre confère a également attiré l’attention de  Mme Karmen Magarinos sur la politique de Mandën Djallon prônée par Alpha Condé pour diviser le Fouta Djallon et opposer ses fils qui ont toujours vécu en communauté depuis plus de 400 ans.

L’objectif, poursuivra Amadou Diouldé Diallo, c’est de réduire les peuls à néant, après en avoir tué 58 depuis qu’il est au pouvoir, avec le cortège de blessés, de handicapés à vie, de détenus et de pillages des boutiques et magasins. « La Guinée est en danger avec une menace réelle de guerre civile à cause de la tribalisation et de l’ethnisation du débat et de l’administration volontairement entretenues », fera-t-il observer.

Amadou Diouldé Diallo invitera, à travers Mme Karmen Magarinos, la communauté internationale à se pencher sur la Guinée confrontée à la fièvre Ebola par la négligence du gouvernement à ne pas jouer comme elle le fait souvent au pompier, mais d’identifier dès à présent les pyromanes et les extirper des rangs de la République pour éviter à notre pays les affres de la guerre civile.

Amadou Diouldé Diallo, Sadio Barry, Union européenne, audience, Bruxelles, Europe, Pour Amadou Diouldé Diallo, seules des élections libres et transparentes et des constitutions respectées peuvent garantir la paix, la sécurité et la démocratie en Afrique.

Très attentive et prenant note de l’intervention de Amadou Diouldé Diallo, appuyée par celle du journaliste Sadio Barry, Mme Karmen Magarinos s’est dite bien outillée pour mieux connaitre le problème guinéen et promis que l’Union européenne suivra l’évolution politique de la Guinée qui entre dans une année électorale très attendue dont de la bonne organisation dépendra pour une large part l’avenir du pays.

En échangeant, une chaude poignée de main Mme Karmen Magarinos et Amadou Diouldé Diallo, ont promis de se voir régulièrement pour échanger sur les questions brûlantes de l’actualité en Guinée que le régime de Alpha Condé a transformé en si peu de temps en enfer pour ses populations privées même des fondamentaux de leur existence au profit des lobbys mafieux véritables sangsues du peuple de Guinée.

De Bruxelles, Saliou Diallo pour Guineematin.com

 

Commentaires