Victimes de manifestations politiques

Victimes de manifestations politiques

Face au nouveau blocage politique dans notre pays, les leaders de l’opposition républicaine se sont réunis ce vendredi 25 juillet 2014, au QG de l’UFDG. A l’issue des discussions, l’opposition déclare, entre autres, vouloir saisir le ministre de la Justice, Cheik Sacko, pour attirer son attention sur la situation, a assisté votre quotidien en ligne guineematin.com

En tant que porte parole de l’opposition, Aboubacar Sylla a déploré que les acteurs politiques ne soient pas en mesure de signer le moindre accord, plus de dix (10) jours après la fin du dernier dialogue au palais du peuple.

« Compte tenu des difficultés que nous avons rencontrés durant ce dialogue, nous avons pris l’initiative d’adresser un courrier au ministre de la Justice, qui préside le dialogue, un relevé de projet de conclusion reflétant fidèlement les discussions, les conclusions et les accords qui sont intervenus dans le cadre de ce dialogue », a dit monsieur Sylla.

En conséquence, Aboubacar Sylla a annoncé quelques mesures prises par l’opposition : saisir le ministre de la Justice, Cheik Sacko, qui avait présidé le dialogue inter-guinéen afin d’attirer son attention sur cet état de fait, mais aussi la communauté internationale qui était signataire des accords du 3 juillet 2013.

Poursuivant, Aboubacar Sylla a accusé le Président Alpha Condé d’être responsable de ce blocage : « Nous avons le sentiment que ce n’est pas le RPG Arc-en-ciel  et ses alliés avec qui nous nous sommes bien entendus dans le cadre de ce dialogue, ce n’est pas le gouvernement, ce n’est pas la CENI, puisque nous nous sommes entendus avec eux tous. Le problème en réalité, c’est au niveau du Président de la République qui s’oppose systématiquement à tout accord politique. Et, même à toute procédure pouvant amener à un dialogue structuré, organisé et pouvant déboucher sur des conclusions applicables », a dit le porte parole de l’opposition.

Mamadou Alpha Baldé

Facebook Comments