Elhadj Amadou Oury Diallo, président de la section motard Il y a deux (2) ans depuis l’assassinat du président de la section motard de l’UFDG, Elhadj Amadou Oury Diallo, le 15 septembre 2014, à la transversale numéro 8 (T8), dans la commune de Ratoma. En séjour au Fouta depuis un peu plus d’une semaine, le président du parti, Elhadj Cellou Dalein Diallo, a accepté de s’entretenir sur cette question avec l’envoyé spécial de Guineematin.com dans sa résidence privée au quartier Tata1 dans la commune urbaine de Labé.

Décryptage :

Guineematin.com : Bonsoir monsieur le président, voici 2 ans depuis l’assassinat du président de la section motard de l’UFDG, Elhadj Amadou Oury Diallo. Quel est le message que vous avez à lancer à sa famille biologique et politique ?

cellou-dalein-et-la-maman-delhadj-amadou-oury-dialloCellou Dalein Diallo : Je suis passé voir sa pauvre maman pour l’encourager et lui dire que l’UFDG reste extrêmement reconnaissante vis à vis du travail accompli par son fils. Malheureusement, depuis sa mort, jusqu’à présent, nous n’avons aucun résultat des enquêtes qui étaient supposées être menées par les autorités judiciaires. Disons, sans aucun résultat. C’est vraiment triste pour notre justice. Il a été abattu par des gens en raison de ses activités politiques. Comme vous le savez, Elhadj Amadou Oury Diallo était un militant convaincu de l’UFDG. Il incarnait justement le courage, la détermination et l’engagement qui sont des qualités d’un très bon militant. Il participait à tout. C’était un garçon intelligent qui n’avait pas peur et qui, hélas, a été abattu comme beaucoup d’autres qui ont choisi de lutter contre la dictature et pour l’avènement de la démocratie dans notre pays.

Je vais lancer un appel aux forces de l’ordre ou en tout cas aux autorités judiciaires pour que la lumière soit faite sur la mort d’Elhadj Amadou Oury Diallo. Ce n’est pas parce qu’il est un militant de l’UFDG ; mais, parce qu’il est un citoyen guinéen. On ne peut pas tolérer que la vie soit ôtée à un citoyen qui n’a commis aucune faute sinon que d’adhérer à un parti qui se bat pour le triomphe des valeurs de démocratie, de paix et de justice dans notre pays.

Guineematin.com : Justement, monsieur le président, qu’est-ce qui est en train d’être fait au sein de l’UFDG pour qu’il y ait justice sur cet assassinat ainsi que sur les autres cas notamment lors des manifestations de l’opposition ?

Cellu Dalein Diallo : Chaque fois qu’on a eu un dialogue politique, nous avons inscrit à l’ordre du jour de ce dialogue l’ouverture d’enquêtes sérieuses pour identifier les auteurs et les commanditaires des crimes qui ont été commis sur des responsables ou des militants de notre parti. Jusqu’à présent, le gouvernement n’a fait que prendre des engagements. En 2013, il l’avait fait et c’est dans l’accord du 03 juillet 2013. En 2014, lorsque le ministre de la justice lui-même a présidé le dialogue, cet engagement a été renouvelé. A l’époque, le ministre de la justice s’était déjà engagé à mettre en place un pool de 5 juges chargés spécialement de la conduite des enquêtes par rapport aux crimes commis lors de nos manifestations pacifiques. Le 20 août 2015, cette disposition a été reprise ; mais, jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’effets.

Il n’y a eu aucun acte posé par le gouvernement allant dans le sens de l’identification des auteurs de ces crimes. Bien entendu, dans le dialogue qui est annoncé, ces questions vont revenir puisque le premier point inscrit à l’ordre du jour, en tout cas, suivant les propositions faites par l’opposition, c’est le calendrier et les modalités de mise en œuvre des décisions des dialogues antérieures. Parmi ces décisions, il y a l’identification des auteurs et commanditaires des crimes commis contre les militants de l’opposition.

Merci monsieur le président de l’UFDG.

Entretien réalisé à Labé par Mamadou Alpha Assia Baldé, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél.: 622680041

Elhadj Amadou Oury Diallo, président de la section motard

Facebook Comments