L’opposition républicaine a animé un meeting au centre-ville de Kaloum ce dimanche, 16 juillet 2017. Sur le pont Moussoudougou (08 Novembre), à l’entrée de la commune de Kaloum, les motocyclistes ont été refoulés par les agents des forces de l’ordre postés un peu partout sur le pont. Le directeur central des commissions militaires d’intervention et de sécurité, le Colonel Ansoumane Baffoé Camara, a donné les raisons de ce refus aux motocyclistes d’aller en ville. C’était au cours d’un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com qui se trouvait sur les lieux.

« Mes agents refusent l’accès des motocyclistes au centre-ville ! C’est pour juste éviter le désordre au cours du meeting de l’opposition. Un meeting n’est pas une marche ; donc, on ne doit pas créer de cortège autours des leaders de l’opposition. On fait tout ça pour sécuriser le meeting afin d’éviter des dérapages », a entamé Baffoé.

A la rentrée des leaders de l’opposition à Kaloum, des perturbations ont été signalées à Timbo. Selon le Colonel Ansoumane Baffoé Camara, ces perturbations ont été crées par un groupe de jeunes du quartier qui ne voulait pas que le meeting se tienne dans leur commune.

« A Tombo, il y a quelques perturbations quand les leaders de l’opposition rentraient. C’est juste un petit groupe de jeunes du quartier Tombo qui n’a pas voulu que le meeting de ce dimanche ait lieu à Kaloum. Informé, on s’est directement dirigé là et on a calmé ces jeunes », narre-t-il.

Selon cet officier de la policier guinéenne, des dispositifs sécuritaires sont mises en place pour éviter tout débordement. « Toute la journée appartient à l’opposition. Depuis 06 heures du matin, je suis sur le terrain. Les forces de l’ordre sont tout au long des routes. C’est juste pour empêcher des intrus à faire des bavures. A la fin du meeting, nous serons les derniers à rentrer. Il faut que le dernier militant de l’opposition rentre chez lui avant qu’on ne quitte », a rassuré Baffoé.

Enfin, ce responsable des forces de l’ordre et de sécurité demande à la population de cultiver la paix et invite la collaboration des citoyens avec les agents de maintien de l’ordre. Car, dit-il, ils sont là pour protéger la population et non de la violenter.

De Kaloum, Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Commentaires

No Comments