La communauté internationale met la pression sur le président Alpha Condé pour lutter contre EbolaLe ballet diplomatique ne faiblit pas au Palais Sékhoutouréya, où le président de la République, Alpha Condé, multiplie les audiences avec des personnalités venus des quatre coins du monde soutenir la Guinée dans sa croisade contre Ebola. La dernière en date de cette mobilisation  au chevet de notre pays fut celle de la Représentante permanente des Etats-Unis auprès des Nations Unies, l’ambassadeur Samantha Power qui, lors d’un séjour effectué dimanche dernier à Conakry, a exprimé la solidarité de son pays à l’endroit du peuple de Guinée. Sans manquer d’inviter les autorités à faire plus de sacrifices pour rompre la chaîne de contamination. 

L’ambassadeur Samantha Power, était donc  dimanche dernier à Conakry, porteuse d’un message du président Obama, au peuple de Guinée et aux autorités guinéenne, face à l’épidémie qui sévit dans le pays.  Samantha Power s’exprimant au terme de sa rencontre avec Alpha Condé  a invité les Guinéens à s’impliquer à tous les niveaux dans la riposte contre Ebola. Sur le but de son voyage elle a déclaré : « C’est pour moi un grand honneur de représenter les Etats-Unis et le Président Obama à cette rencontre. Je suis venu en Guinée comme représentante du gouvernement américain et du Cabinet du Président, pour exprimer ma solidarité au peuple guinéen qui fait face à l’épidémie d’Ebola. Je veux dire au peuple guinéen que tout le peuple américain est avec vous et que le Président Obama vous soutiendra jusqu’à la fin de cette horrible maladie. »

La diplomate américaine a indiqué avoir eu  ‘’l’honneur  de rencontrer la société civile guinéenne et de parler de l’importance de l’éducation.’’ Avec cette même société civile les échanges ont aussi porté sur  le mode de transmission de la maladie. Le procédé le plus recommandé pour procéder aux  enterrements sécurisés.  Samantha Power a également  rencontré  la coordination nationale de lutte contre l’épidémie. Dr Sakoba Kéita et son équipe ont déroulé leur plan de riposte devant la diplomate, histoire de la rassurer sur la volonté des autorités guinéennes à éradiquer ce virus le plus tôt que possible.

«  Il n’y a aucun doute si les talents des Guinéens sont mobilisés, vous allez vaincre cette épidémie. Nous savons que l’épidémie d’Ebola n’est pas seulement un problème guinéen. Ce n’est pas un problème africain. C’est un problème global et les Etats-Unis seront là pour aider et soutenir la riposte au niveau mondial et aider la Guinée en particulier », a souligné la Représentante permanente des Etats-Unis auprès des Nations Unies.

De la manière dont elle perçoit la conduite du   Président Alpha Condé dans ce combat contre Ebola, la diplomate dit  ‘’qu’il a une bonne maîtrise même des détails de ce qui se passe et ce qui doit se faire. Et il est très convaincu qu’il faut soutenir la riposte au niveau national et local.’’

Derrière ce langage diplomatique, Samantha Power attend plus d’engagement de la part du président dans cette riposte. Car les américains sont certainement informés du laxisme  qui entoure la gestion de cette épidémie. Avec des localités qui continuent de faire preuve de réticence en s’opposant aux équipes anti-Ebola, sans que des mesures coercitives ne soient prises à leur encontre. Comme c’est le cas au Liberia et en Sierra Leone où on ne tolèrerait pas certains comportements susceptibles de compromettre l’application du plan d’urgence sanitaire en vigueur. Les citoyens à tous les niveaux,  dont le personnel de santé,  doivent tous se mobiliser pour ce combat, a recommandé Mme power.

Le choix de Samantha Power en tant qu’émissaire du président américain au près des autorités guinéennes n’est pas fortuit. Car cette ancienne journaliste qui a bossé dans des médias comme  U.S. News & World Report, The Boston Globe, The Economist et The New Republic, en tant que reporter sur les guerres de Yougoslavie a reçu le prix Pulitzer de l’essai.

En 2004, elle fut citée par le classement du très sérieux  Times magazine  comme l’une des 100 plus éminentes chercheuses des États-Unis.

Cette activiste des droits de l’homme sait utiliser le langage qu’il faut pour faire entendre la voix de son patron auprès des pays comme la Guinée, confrontés à une crise sanitaire sans précédent.

La diplomate américaine a été précédée d’une autre mission non moins importante. Il s’agit de celle de Dr. Nkosazama Dlamini Zuma, Présidente de la Commission de l’Union Africaine, qui avait à ses côtés Donald  Kaberuka, Président de la Banque Africaine de Développement (BAD) et Carlos Lopes, Secrétaire Exécutif de la Commission Economique pour l’Afrique des Nations Unies. Tous ont exprimé leur solidarité au peuple de Guinée et aux autorités dans cette crise sanitaire qui a conduit à l’isolement du pays.

Dr Donald  Kaberuka, Président de la Banque Africaine de Développement (BAD), a indiqué qu’il était opportun  d’aider la Guinée à vaincre cette épidémie dont l’impact affecte l’économie du pays.  « Nous comprenons effectivement l’impact économique de cette crise à cours et à moins terme. En tant que banque africaine nous ferons tout pour appuyer la Guinée. C’est pourquoi nous avons apporté à la Guinée l’aide budgétaire afin de faire face à ce projet. Nous allons être avec vous jusqu’à ce que cette maladie soit vaincue », a-t-il promis.

On le voit, la Guinée a rarement fait l’objet de tant de sollicitations par les décideurs de ce monde. Autant de pression, que le pouvoir a du mal à gérer. On sent l’embarras au niveau du gouvernement, vu que les nouvelles ne sont toujours pas bonnes dans la maîtrise de l’épidémie, qui continue de se propager. La barre des 1000 décès étant quasiment franchie au moment où nous allions sous presse.

Mamady Kéita

In L’Indépendant

 

Facebook Comments