WomeyCe lundi 10 novembre 2014, une grève de la faim a été lancée au palais du peuple, à Conakry, par des membres du comité de crise sur Womey, en solidarité avec les « 6000 villageois de Womey qui meurent en ce moment de la faim dans la forêt », disent les organisateurs.

Rencontré sur les lieux Dr Faya Millimono, président du Bloc Libéral est revenu sur les raisons de cette grève.  «  Nous sommes entrain de faire la grève de la faim pour marquer notre solidarité envers les populations de Womey qui sont présentement dans la forêt dont certains d’eux sont déjà mort. La grève de la faim va durée pour 4 jours, du lundi au jeudi, pour attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur le fait que nous sommes entrain de vivre, des crimes graves dans la forêt de Womey actuellement ».

Selon Dr. Faya, la grève de la faim n’est pas la première activité réalisée. « Depuis que nous avons formé ce comité, nous avons eu à taper à toutes les portes. On a tapé à la porte des membres du gouvernement, des députés, de toutes les mouvances politiques et de l’ambassade. Mais, ce que nous constatons, c’est  que le discours produit et diffusé abondamment par le gouvernement et certains communicateurs qui visaient à déshumaniser la région forestière en général et le village de Womey en  particulier. Ce discours donc a porté fruit parce que nous observons aujourd’hui une certaine insensibilité des gens à l’égard de ce qui est entrain de se passer à Womey. Nous sommes là pour appeler l’opinion que ce qui sont en brousse, qui vivent dans cette foret actuellement loin de leurs habitations, ce sont des être humains qui méritent aussi de vivre dans leurs maisons, qui méritent d’être soignés quant ils sont malades. Donc, c’est pour cette raison que nous sommes là pour dire que l’Etat de doit  retirer effectivement ces militaires à Womey ».

Pour sa part, le député de l’UDDG, Holomou Koni Kourouma, a partagé presque les mêmes avis que Dr Faya : « Cette grève de la faim dura pour 4 jours. Pendant ces jours, nous allons nous priver de manger et nous allons dormir hors de nos maisons. Parce que depuis plus d’un mois les populations de Womey ont été chassés de leurs maisons, ils ne dorment pas dans leur maison. Donc, pour la solidarité, nous aussi nous n’allons pas dormir dans nos maisons, nous dormirons à la belle étoile.  Les habitants de Womey n’ont pas la possibilité de manger correctement, donc nous n’allons pas aussi manger ces jours ».

A noter que ces grévistes ont reçu le soutien de quelques députés de l’opposition comme des militants de l’UFR, exprimant qu’ils font partie de la bataille pour la démilitarisation de Womey.

Yacine Sylla pour Guineematin.com

Commentaires