les députés Amadou Damaro Camara, Ousmane Kaba, Nantou Chérif, Sidya Touré, Dr. Fodé Oussou FofanaAprès le discours d’ouverture du président de l’Assemblée Nationale  Claude Kory Koundiano, les réactions des différents députés présents divergent. Selon que l’on soit de l’opposition ou de la mouvance, chacun a son opinion sur le discours et à l’ouverture de cette deuxième session ordinaire.

Pour le président du groupe parlementaire de la mouvance RPG  arc-en-ciel,  honorable Damaro Camara, le président de l’Assemblée nationale a fait un discours suffisamment clair.Damaro Camara, président du groupe parlementaire du RPG arc-en-ciel

Selon Damaro Camara, la compétence et l’expérience du président de l’Assemblée nationale accréditent ses prises de position : « Le président de l’Assemblée nationale est un ancien haut cadre de la Banque centrale.  Quand il parle de déficit budgétaire, il sait de quoi il parle. Plusieurs députés présents ici ont été ses étudiants. Donc, quant il dit que nous avons déjà plus de  500 milliards  de manque à gagner, c’est que cela mérite d’être signalé. Ensuite, notre constitution dit qu’il faut installer une dizaine d’institutions républicaines, six mois après l’installation de l’Assemblée nationale. Si, après 10 mois,  ces institutions ne sont pas installées, je crois qu’il est de notre devoir, en tant que députés du peuple, de signaler ça aussi…» a notamment expliqué le député de la mouvance présidentielle.

Ousmane Kaba, président de la commission économie et finances de l'Assemblée nationaleFaisant allusion au projet de loi des finances, l’honorable  Ousmane Kaba- qui est le  président de la commission des finances à l’Assemblée nationale- dit que le projet  a été élaboré, mais n’a toujours pas été transmis à son niveau. Pour monsieur Kaba, cette session va être marquée par l’éradication  du virus Ebola. « Ses implications économiques et financières au niveau du budget de l’Etat seront largement débattues », promet l’ancien ministre des Finances, ancien conseiller à la présidence et fondateur du complexe scolaire et universitaire ‘’Kofi Annan de Guinée’’.

S’agissant de l’analyse du discours du président de l’Assemblée nationale, Hadja Nantenin Chérif Konaté dit n’avoir rien à dire, « car il a fait une bonne analyse de la situation du pays ». Nantou Chérif KonatéMais, la tête de liste du RPG aux élections législative de 2013 déplore tout de même le fait que le président de l’Assemblée nationale ait oublié les actions faites par le ministère  de l’Action sociale qui, selon elle, a beaucoup fait dans la lutte contre Ebola.

« Le président de l’Assemblée Nationale a joué le rôle du ministre de l’Economie et des finances. Il a défendu un bilan qui n’était pas le sien. Je suis vraiment déçu par le discours du président de l’Assemblée », proteste le patron de la trosième force politique de la Guinée, Sydia Touré.

Sidya Touré, leader de l'UFRD’ailleurs, l’ancien Premier ministre (1996-1999) et leader de l’UFR, dit n’avoir « jamais pensé que c’est dans ce sens qu’il allait présenter cette cérémonie ».

Même réaction de Docteur Fodé Oussou Fafana, vice-président de l’UFDG et président du groupe parlementaire des Libéraux-Démocrates : « le président n’a pas besoin de justifier la situation macro économique, car le problème du budget, c’est le rôle du ministre des Finances », a rappelé l’ancien directeur de campagne de l’alliance ‘’Cellou Dalein Président’’. Fodé Oussou Fofana, vice-président de l'UFDG

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

 

Facebook Comments