???????????????????????????????Au cours d’une conférence de presse qu’il a animée ce mercredi  10 septembre 2014, le président de l’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement (UGDD), honorable Kony Kourouma,  a estimé qu’on ne peut espérer éradiquer l’épidémie Ebola avec les vieilles mesures qu’on a prises et qui ont fait que l’épidémie s’est propagée.

Honorable Kony Kourouma a rappelé que les 7 premiers jours du mois de septembre, 87 cas d’Ebola ont été  officiellement confirmés en République de Guinée sans  compter les autres cas d’Ebola qui sont dans les villages au mépris des médecins. Pour le président de l’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement (UGDD), avoir 87 cas en 7 jours, veut dire que si on n’y prend garde, rien qu’au mois de septembre, le pays pourrait atteindre les 400 à 500 cas d’Ebola.

«  C’est ce que l’OMS appelle croissance exponentielle. La situation actuelle est très  préoccupante car on a pris 6 à 7 mois pour atteindre 2000 cas d’Ebola dans le monde entier et en 21 jours on a passé de 2000 à 4000 » a précisé M. Kourouma.

Dans sa communication, le député a exprimé le souhait de voir notre pays fermé de nos voisins libériens et léonais : « Il ya plusieurs mesures qu’on peut prendre pour bloquer Ebola. Mais, pour moi, la mesure la plus urgente, la plus simple, certainement la plus controversée, c’est de fermer les frontières de la République de Guinée  avec le Liberia et la Sierra Léone ».

Selon Kony Kouroumah, c’est  seulement en  Guinée, que cette situation reste aujourd’hui maîtrisable. Aujourd’hui, dit-il, « Il y a une bombe qui attend la Guinée pour éclater devant sa porte et si elle  ne veut pas prendre sa responsabilité simple qui est la fermeture de sa frontière entre le Liberia et la Sierra  Léone elle subira des conséquences graves », prédit l’honorable Kony, avant d’ajouter « Ils ont dit que dans les 3 semaines qui suivent, des milliers de cas d’Ebola sont attendus au Libéria ! Si cela est, il faudrait attendre la même chose en Guinée, si elle refuse de fermer ses frontières », dit le président de l’UGDD.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments