En visite à Labé, le chef de file de l’opposition guinéenne, Elhadj Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG (Union des Forces Démocratiques de Guinée) a condamné ce qu’il appelle « le morcellement du territoire nationale dans le désordre » suite à l’érection par le chef de l’Etat de certains districts en sous préfectures, rapporte une correspondante de Guineematin.com dans la préfecture.

Abordant le sujet avec la presse locale dont Guineematin.com, le leader de l’UFDG a vivement déploré ce qu’il a qualifié de « manque de planification, d’études techniques pour mettre en évidence la pertinence des décisions administratives. Souvent, c’est fait pour satisfaire un ami, ou un engagement pris dans l’enthousiasme sans que la nécessité ne soit là, sans que le besoin ne soit justifié. Il faut le déplorer parce que le morcellement dans le désordre comme ça n’est pas défendable. Ceci dit, l’administration c’est son rôle de faire ça, mais il faut le faire de façon rationnelle. Vous avez à Labé ici beaucoup de sous-préfectures qui sont déjà sous peuplées. Vous savez pour Taran, créer une sous préfecture à 5 km d’une autre et entre les deux il n’y a aucun village, je ne sais pas quel est le motif réel. Peut être, comme il faudra ériger les sous-préfectures en communes on aura un exposé de motif peut être pertinent à l’Assemblée Nationale. On examinera en ce moment ».

Des conditions objectives devraient être respectées, avant toute érection d’une localité en sous-préfecture : « dans l’ensemble, ce sont des fiefs de l’UFDG. Nous ne pouvons que nous satisfaire de la satisfaction de certains militants. Mais, le découpage administratif doit obéir à des règles. Mais lorsqu’on est dans un Etat comme celui là, c’est sur la base des relations souvent personnelles que se fait sans qu’objectivement ça ne soit justifié. Dans ces conditions, il suffirait que notre district vienne avoir une relation dans l’entourage du chef de l’Etat pour demander d’ériger son district en sous-préfecture, sans que les conditions objectives, démographiques ou socio-historiques ne le justifient» poursuit le chef de file de l’opposition guinéenne.

Récemment, les localités de Linsan, dans la région de Kindia, et de Tarambaly, dans la région de Labé, ont été érigées en sous-préfectures par le chef de l’Etat.

De Labé, Kadiatou Diallo pour Guineematin.com

Commentaires