docteur-faya-millimono-president-du-bloc-liberalLa journée du lundi à venir risque d’être un peu plus longue que les deux précédentes (jeudi et vendredi) consacrées à la relance du dialogue politique inter guinéen. En plus des points considérés comme les plus difficiles par nos leaders, il y a un préalable qui tient à cœur les représentants de l’opposition, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters qui était au palais ce vendredi 23 septembre 2016.

A en croire l’opposant, Docteur Lansana Faya Millimono, l’arrêt des activités de la CENI sera une priorité avant la reprise des débats. « Il faut le préciser puisque cette question sera débattue à partir du lundi avant que nous ne commencions le débat vrai : la question de l’arrêt des activités au niveau de la CENI pour permettre qu’on finisse d’abord le dialogue avant de reprendre », a-t-il prévenu avant d’ajouter que la CENI, de manière unilatérale, a déjà violé l’accord qui avait prévu les élections communales et locales avant le 30 juin.

A la question de savoir si l’opposition est prête à accepter le découplage des élections comme le propose la Commission électorale, Docteur Faya Millimono est ferme ! « Nous n’accepterons pas le découplage des élections ! Nous serons intraitables sur la question », a-t-il insisté.

Parlant de l’accord du 20 août 2015, le président de la deuxième force politique de l’opposition guinéenne a précisé que qu’il ne s’agira plus de trouver un autre accord ; mais, d’appliquer celui existant : « Il ne s’agit pas de la négociation en vue des accords ; mais, de l’application des accords. On regardera tous les éléments dans l’accord et on va se poser la question sur comment ça va être appliqué ? Dans quel délai ? Qui sera responsable ? C’est tout ce que nous aurons à faire », a rappelé Docteur Faya Millimono.

Comme on le sait, la complexité dans l’application de cet accord du 20 Août 2015, au-delà des aspects et délais électoraux, il y a l’épineuse question de l’identification des auteurs et commanditaires des assassinats des manifestants de l’opposition (dont les membres des forces de l’ordre sont accusés), tout comme les pillages économiques dont l’indemnisation de toutes les victimes nécessite un petit effort financier quelques centaines de milliards de francs guinéens. Car, la seule élection présidentielle du 11 octobre 2015, par laquelle le professeur Alpha Condé a réussi son « coup KO » a entraîné des pertes énormes chez 589 opérateurs économiques avec un total de 128 milliards neuf cent six millions 639 mille 85 francs guinéens, selon le GOHA.

Enfin, le président du Bloc Libéral a déploré la non prise en compte, dans les points à l’ordre du jour, de la baisse du prix du carburant à la pompe ; et, le fonctionnement de l’Assemblée nationale. « Quand on voit comment l’Assemblée nationale est entrain de fonctionner, on a parfois les larmes aux yeux », a dénoncé Faya.

Ainsi, tout porte à croire que les débats qui commenceront à partir du lundi 26 septembre 2016 pourraient bien être houleux entre les principaux protagonistes de la scène politique guinéenne.

A suivre !

Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

 

Facebook Comments