Une-mosquée-dune-capacité-interne-de-357-fidèles-inaugurée-au-quartier-Wareya-dans-la-commune-de-Ratoma-2wze931b3mbiimt48qqwayLes autorités religieuses guinéennes ont entamé le concours de recrutement des 500 Imams devant partir au Maroc pour une formation islamique qui durera deux ans. Ce samedi, 450 admis sur les 950 de départ ont affronté la deuxième phase, c’est-à-dire le test écrit à Kissosso, a-t-on appris de bonnes sources.

Pour cette ultime phase si décisive, les 450 candidats ont été évalués en arabe et selon leur maitrise de la religion. Une information confirmée par Elhadj Aboubacar Fofana, secrétaire adjoint des affaires religieuses, qui rajoute, qu’outre la langue, les Imams ont été aussi évalués sur la biographie du prophète.

Sur les 450 en lice, les cent meilleurs élèves seront retenus et soumis à un examen médical avant leur départ pour le Maroc où ils seront formés pendant deux ans.

A la veille de la visite du Roi Mohamed VI en Guinée en mars dernier, le Maroc a annoncé son intention de former 500 Imams guinéens. Dans un premier temps, la Guinée avait envoyé des imams ne répondant pas aux critères. Conséquence, le Maroc a refoulé les premiers leaders religieux partants.

Pour rectifier le tir, la Guinée s’est engagée (encore) à organiser un test, à la fois oral et écrit, pour juger le niveau de formation des candidats. Tout a démarré par l’oral. Mais sur les 950 candidats ayant pris part au test, seuls 450 admis.

Commentaires