Les rideaux sont tombés ce vendredi 9 juin 2017 sur l’atelier d’impression et de croisement d’expérience en matière d’organe de gestion des élections, organisé à Conakry du 7 au 9 juin 2017. Financé par l’organisation internationale de la Francophonie (OIF), en partenariat avec le ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation, cet atelier a permis aux participants de faire des propositions pour l’instauration d’un organe de gestion des élections (OGE), a appris un reporter de Guineematin.com qui était à la cérémonie de clôture.

Les institutions nationales, internationales, les représentants des partis politiques, la société civile et les experts de certains pays de la sous-région ont pris part à cet atelier.

Au terme des trois jours de travaux, l’heure est de faire les comptes rendus des séances de travail mais aussi faire des recommandations pour rendre l’’institution électorale professionnelle dans la gestion des élections en Guinée. Dans cette dynamique de rendre la CENI plus professionnelle, des expériences ont été prises sur certains pays comme le Ghana, le Burkina Faso, le Sénégal et le Cameroun portant sur les fondements, la composition et le fonctionnement de leurs OGE.

Parmi les conclusions retenues par les participants, il y a : la qualité des hommes pour animer les structures électorales, le respect des dispositions constitutionnelles et l’améliorer les mécanismes de concertation et de communication entre l’organe de gestion des élections et les parties prenantes du processus électoral.

C’est Dr. Dansa Kourouma qui a lu les différentes recommandations de cet atelier au nom des participants. Il s’agit de revoir les modalités de désignation des membres et fixer les critères de compétence des membres de l’OGE, garantir l’indépendance des membres de manière à les mettre à l’abris des pressions extérieures, rendre l’OGE autonome sur son budget, mettre une expertise sur la nouvelle loi sur la CENI et favoriser l’émergence du cadre de concertation et de réflexion en appui à la réforme du système électoral envisagé.

De son côté, le ministre Mohamed Sali Sokona, représentant de la secrétaire générale de la Francophonie à cet atelier s’est réjoui de la qualité des débats par les différents participants. Il a indiqué que la réussite des élections dépend de la qualité des hommes qui gèrent les Organes de gestion des élections. « La mise en place de tout système de gestion des processus électoraux doit se faire dans la prise en compte du contexte politique, des réalités politiques, économiques et culturelles », a précisé le représentant de l’OIF.

Enfin, le Général Boureima Condé, ministre guinéen de l’Administration du territoire et de la décentralisation a, de son côté, transmis le message de félicitation de son gouvernement pour le soutien de l’organisation internationale de la Franconie dans le cadre de la perfection de la CENI guinéenne. Il a également félicité l’apport des partenaires techniques et financiers qui ne cessent d’accompagner la Guinée dans ses activités. Le ministre estime que cet atelier vient à point nommé du fait que le pays doit connaitre les échéances électorales.

Siba Guilavogui pour Guinéematin.com

Facebook Comments

Guineematin