A l’occasion de la journée nationale de l’orpaillage, prévue demain à Kankan, sous l’autorité du président de la République, la Première Dame de la République, Hadja Djéné Kaba, qui est la marraine des orpailleurs, a reçu l’envoyé spécial de Guineematin.com dans sa maison familiale, à Kankan. Leur bref entretien a porté sur la célébration de la journée nationale de l’orpaillage.

Décryptage !

Guineematin.com : Madame la Première Dame, nous sommes à Kankan pour la journée nationale de l’orpaillage dont vous êtes la marraine. Quels sont vos premiers sentiments ?

Madame Condé Hadja Djéné Kaba : C’est vraiment un sentiment de joie et de satisfaction, parce que les orpailleurs font un métier de dur labeur. Donc, ils ont dédié la journée du 06 février comme étant la journée de l’orpaillage. Je crois qu’il y a des textes de lois qui sont sortis pour mieux organiser ce secteur, pour que les gens puissent travailler de façon artisanale. Parce que les sociétés viennent certes, mais tout le monde sait que la Haute Guinée et surtout la région de Kankan est une zone minière, diamantifère, aurifère. Donc, l’activité principale ici, c’est cela. Quand ce secteur est mieux organisé, ça sera profitable à la population. Je signale de passage, mieux que les sociétés étrangères, les orpailleurs participent au développement local de notre région. Eux, c’est vraiment le quotidien. Le gouvernement ne peut pas tout faire. Ces gens là, depuis des années, travaillent pour le développement de la Haute Guinée.

Guineematin.com: La pratique de l’orpaillage ne reste pas sans conséquence. Surtout quand on sait que cette activité impacte négativement l’environnement. Quel appel avez-vous à lancer à l’endroit de ces orpailleurs ?

Madame Condé Hadja Djéné Kaba : Oui, aux orpailleurs, puisque c’est l’occasion, mais aux sociétés aussi. C’est à dire, ce qui serait bien de faire, une fois une zone exploitée, il sera souhaitable quand il n’y a plus de minerai qu’on reboise. Vous voyez la Haute Guinée, c’est la savane, ce n’est pas la forêt dense. Donc, la déforestation, il faudrait l’éviter. J’aimerais qu’on réutilise ces terres là. J’ai été dans la préfecture de Siguiri, notamment à Kintinia, en passant à Baladou ; mais, c’est terrible ! Après l’exploitation, il faut forcément planter des arbres.

Guineematin.com: Parlant de la mobilisation qui pointe à l’horizon. Quelle appelle avez vous à lancer à la population de la Haute Guinée et celle de Nabaya en particulier ?

Madame Condé Hadja Djéné Kaba : Kankan, c’est la ville qui va recevoir le président et les hôtes. Donc, je lance un appel à la population de faire preuve de discipline, de gentillesse et accueillir les autres préfectures. Que tout le monde soit ouvert et courtois. Ce n’est pas à moi de le dire d’ailleurs, car le gouverneur a lancé déjà l’appel. Donc, je suis confiante, avec toute l’organisation qui a été mise en place, je suis certaine que tout va bien se passer.

Guineematin.com: Madame la première Dame, Guineematin.com vous remercie d’avoir accepté cet entretien.

Madame Condé Hadja Djéné Kaba : C’est moi qui vous remercie et bienvenue à Nabaya.

Entretien réalisé par Mouctar Barry envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : 621 607 907

 

Facebook Comments