ufr photoComme tous les samedis, l’assemblée générale hebdomadaire de l’UFR s’est tenue, ce 26 juillet 2014, au siège national du parti, à Matam. Une rencontre qui a été présidée par Hadja Saran Kandé, membre du bureau exécutif de l’Union des Forces Républicaines, a constaté Guineematin.com

Au cours de la rencontre, quelques grandes lignes ont été développées par  les membres du Bureau exécutif de l’UFR pour la compréhension de leurs militants. Notamment, celle liée à la tenue d’un grand meeting le lundi 4 août 2014 à l’esplanade du stade du 28 septembre, a assisté Guineematin.com

Pour justifier cette décision de l’opposition républicaine, Hadja  Saran Kandé a fait savoir que ce meeting est organisé pour faire revenir le gouvernement du Président Alpha Condé à la raison. Car, selon elle, le dialogue politique entamé par les différents acteurs politiques reste bloqué au niveau du sommet de l’Etat : « Chaque fois qu’on fait des réunions avec les membres du gouvernement, ils disent aller faire le compte rendu au président de la République. Mais, après tout, ils nous disent que le Président n’est pas d’accord sur ce point. On fait un pas en avant et on revient en arrière. Donc, l’opposition a décidé de se faire entendre parce que nous n’avons pas d’autres moyens. Ce  n’est pas pour insulter, ni pour casser, mais c’est pour se faire entendre et dénoncer le fait que la démocratie n’est pas entrain de bien évoluer en Guinée», explique Hadja Kandé.

Selon la présidente de séance, tout ce qui se passe en Guinée actuellement n’est pas démocratique et c’est ce que l’opposition veut dénoncer. C’est la raison pour laquelle ce meeting est nécessaire : « Ce meeting est juste un départ pour l’opposition et tant que nous n’obtiendrons pas ce que nous réclamons, peut être que les formes vont changer, mais la lutte va continuer », prévient-elle.

F. Yacine Sylla

 

Facebook Comments