François Hollande, Alpha Condé, ConakryConakry, 28 novembre 2014 – Le Président de la République française, François Hollande, est arrivé à Conakry ce vendredi 28 novembre 2014 pour apporter la solidarité et le soutien de la France à la Guinée dans son combat contre la fièvre hémorragique à virus Ebola. La visite du Président Hollande, qui est la première d’un chef d’Etat non africain en Guinée depuis l’apparition de cette épidémie, démontre à suffisance son souci de renforcer et d’approfondir les relations de coopération et d’amitié entre les deux pays.

C’est à 13 heures 22 minutes que l’avion présidentiel français a atterri à l’aéroport international de Conakry-Gbéssia où le Président François Hollande a été accueilli par son homologue guinéen, le Professeur Alpha Condé. Le salut aux couleurs, l’exécution des hymnes nationaux suivis du tir de 21 coups de canon et la revue des troupes  ont marqué cette cérémonie d’accueil. Ce fut ensuite la visite par les deux chefs d’Etat, des trois conteneurs du fret humanitaire offert par la France à la Guinée dans le cadre de la lutte contre Ebola. Ces trois conteneurs composés de gants, de médicaments, etc., sont installés sur le tarmac de l’aéroport.

A la suite de cette visite, le Président  François Hollande a déclaré : « Je suis venu en Guinée qui n’est pas la seule à vivre cette situation, parce qu’il y a le Liberia et la Sierra Leone. Mais les liens qui existent entre la France et la Guinée nous obligent et ici je veux saluer les membres du gouvernement, le ministre de la Santé, le ministre du Développement qui ont été disponibles. Pas simplement pour cette visite d’aujourd’hui, mais dès le premier jour nous où avons eu connaissance de la maladie. Il y a la mobilisation de nos personnels militaires. Je vais les saluer à travers leurs différentes actions. Un centre pour soigner les soignants, un centre et même plusieurs pour former les soignants. Je veux saluer les organisations qui décident de soigner la population guinéenne. Je suis venu aussi avec un certain nombre de matériels indispensables pour que vous puissiez faire face à cette maladie. Vous avez également, vous-mêmes avec vos ressources propres qui sont limitées, mis en place un certain nombre de structures et nous avons le devoir de vous soutenir. Demain d’ailleurs, j’irai avec vous au Sommet de la Francophonie et je lancerai un nouvel appel à la mobilisation internationale. Mais la France doit montrer l’exemple. Un exemple sur le plan financier. Nous avons dégagé 100 millions d’Euros. Mais au-delà de ce que nous pouvons faire pour apporter une aide matérielle, c’est la visite même qui est la plus significative. Aujourd’hui, avec moi dans ce déplacement, les médecins, le directeur de l’Institut Pasteur. Parce que nous voulons participer aux efforts de recherches pour que nous puissions trouver demain les vaccins, les tests et toute autre solution pour apaiser, soigner et prévenir. C’est un beau geste que nous faisons tous ensemble. Je dis bien tous ensemble, parce que la France est ici pour apporter un certain nombre de moyens de ressources, de personnels, mais la Guinée en faisant aussi des efforts de prévention, évite au monde entier (la France et l’Europe) d’être contaminé par ce terrible virus. Dans cette bataille, c’était très important que 15 ans après la dernière visite d’un Président français que je sois ici avec vous, apporter l’image de l’amitié, de la solidarité et de l’espoir ».

De son côté, le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, a apprécié la visite de François Hollande qu’il qualifie de symbolique : « Pour le peuple de Guinée, la visite du Président Hollande est un très grand symbole. Si le Président français arrive en Guinée, cela veut dire que tout le monde peut y venir. C’est le premier geste symbolique. Et ça, c’est plus important que même l’aide qu’elle nous apporte sur le plan militaire. Bien sûr que la France nous a accompagnés dès le début. Mme Girardin, c’est la troisième fois qu’elle vient en Guinée et nous savons que la France a aussi décidé de participer à la coordination. Nous n’en attendions pas moins d’elle. Je pense que le peuple de Guinée sera très reconnaissant au Président Hollande qui s’est personnellement engagé dans cette bataille que nous menons. A nous aussi de faire tous les efforts pour mettre fin à cette maladie le plus tôt que possible et surtout éviter que les pays qui nous aident ne soient contaminés. Nous avons pris toutes les dispositions pour que quelqu’un ne parte pas de la Guinée avec Ebola. C’est pourquoi, au nom du peuple de Guinée, nous restons très reconnaissants au Président Hollande de sa visite. Il est le quatrième Président à visiter la Guinée. Vous êtes chez vous ».

De là, le Président Alpha Condé et son hôte de marque ont pris la direction de l’Hôpital de Donka et durant le trajet les populations fortement mobilisées, ont envahi les deux côtés de l’autoroute pour saluer le Président François Hollande. Dans cet hôpital, le Président français en compagnie de son homologue guinéen a successivement visité le laboratoire de l’Institut Pasteur, le centre de traitement d’Ebola avant de présider une table ronde sur la riposte contre Ebola dans la salle de formation de l’unité ophtalmologie. C’était en présence de l’ensemble des acteurs engagés dans cette lutte. Le coordinateur national de la lutte contre Ebola fera le bilan de la situation épidémiologique du virus en Guinée avant d’évoquer quelques difficultés rencontrées dans le processus de riposte. Les autres structures telles que Médecins sans frontières, la Croix rouge et le Programme alimentaire mondial, ont chacune de son côté fait connaitre les progrès réalisés et le chemin à parcourir. Ce qui a permis davantage au Président Hollande de cerner la problématique de la maladie en Guinée avant de réaffirmer sa volonté d’aider notre pays à mettre fin à Ebola dans un bref délai. Un point de vue partagé et apprécié par le Professeur Alpha Condé.

Après l’hôpital de Donka, les deux hommes d’Etat se sont rendus au Palais Mohamed V où ils ont fait des échanges de décoration. Le Président Alpha Condé a reçu de François Hollande les insignes de Grand-croix de l’Ordre national de la Légion d’honneur de la République française. De son côté, le Président François Hollande a reçu du Président Alpha Condé, les insignes de Grand-croix de l’Ordre national du Mérite de la République de Guinée.

A l’issue de ces échanges de décoration, un protocole d’accord entre l’Institut Pasteur et le gouvernement guinéen a été signé. Le Directeur général de l’Institut Pasteur, Christian Brechot et Bailo Teliwel Diallo, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et le médecin-colonel Remy Lamah, ministre de la Santé, ont été les signataires de ce protocole.

Avant de quitter la Guinée pour Dakar où se tiendra le sommet de la Francophonie, les deux Présidents ont animé une conférence de presse axée sur leur volonté de vaincre Ebola en Guinée et dans la sous-région le plus tôt que possible.

De ce fait, le Président François Hollande a promis qu’en plus de l’appui de la France, il lancera un nouvel appel d’aide en direction des pays de la Francophonie – et précisément le Canada et la Suisse Dans cette logique, le Professeur Alpha Condé n’a pas manqué de souligner que la présence de Hollande en Guinée casse la campagne de panique autour d’Ebola.

Répondant à une question d’ordre politique, le Président français a indiqué que la France reste attachée à l’ordre constitutionnel des pays et a invité les Etats à poursuivre leur processus démocratique jusqu’au bout.

Le Bureau de Presse de la Présidence

Facebook Comments