Sidya TouréLe président de l’UFR et du troisième groupe parlement (les Républicains), Sidya Touré n’a pas aimé se voir rabrouer par le patron de l’institution parlementaire, Claude Kory Kondiano. Plus qu’irrité et croyant bien lire le message politique de ce refus de débat à l’Assemblée nationale, le troisième homme politique du pays (en terme du poids électoral) a fait sortir l’ensemble des députés de l’opposition : « Ils n’ont qu’à discuter entre eux là-bas », rétorque le patron des Républicains, fière du soutien de ses pairs opposants.

Dr. Fodé Oussou Fofana, président du groupe parlementaire des libéraux-Démocrates, interrogé après leur sortie a notamment : « Nous avons quitté la salle par solidarité avec nos collègues de l’UFR. Parce que ce n’est pas la première fois que le président de l’Assemblée nationale rabroue le président du groupe parlementaire de l’UFR, en la personne de monsieur Sidya Touré. Monsieur le président de l’Assemblée nationale n’a pas de leçons à donner à quelqu’un… »

A l’issue des élections législatives du 28 septembre 2013, l’opposition avait longuement hésité avant de décider de siéger à l’Assemblée nationale, contre le choix de la quatrième force politique du pays, le PEDN. Excluant toute possibilité de sièger, le président du PEDN n’avait pas hésité de dénoncer la  »bêtise », voire la cupidité de ses pairs de l’opposition qui offraient ainsi- en siégeant- au régime la légalité du parlement. Interrogé par nos confrères de RFI, Lansana Kouyaté a dit sans hésiter que les députés de l’opposition « ne pourront RIEN » à l’Assemblée nationale.

Au cours d’un entretien en off avec Guineematin.com, un député avouait n’avoir aucun moyen en tant que parlementaire de changer grand-chose ! « Nous ne pouvons que dénoncer, voter contre, etc. », expliquait-il…

F. Yacine Sylla et Nouhou Baldé

Commentaires