Ibrahima Kalil Kéita VP de la CENICe jeudi 4 septembre 2014, les membres de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) étaient de nouveau autour de la table avec certains représentants de l’administration publique guinéenne. Objectif, informer et échanger sur les dispositions relatives aux élections locales. Mais aussi parler du recrutement de l’opérateur technique international et du prestataire chargé de l’implémentation des dispositions techniques des élections locales en Guinée.A l’ouverture des travaux,  Ibrahima Kalil Keïta, vice président a expliqué : « La CENI qui est une institution chargée d’organiser les élections en Guinée, ne peut rien faire toute seule. Nous sommes obligés de collaborer avec les partenaires  techniques, comme le ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation, le ministère de la communication, des affaires étrangères et des guinéens de l’étranger, de la sécurité, de la justice, des finances, des droits de l’homme, de la cour suprême, du conseil économique et social, du conseil national de la communication…  Pour  expliquer aux uns et aux autres ce qui a été fait et ce qui est entrain de se faire depuis l’atelier tenu à Kindia en février 2014 qui a tiré les leçons des élections législative du 28 septembre 2013 ».

Tout en rappelant qu’il y a eu une rencontre entre les partis politiques et la CENI, monsieur Kalil Kéita a dit : ‘’Les partis politiques sont les seuls à présenter des candidats aux élections nationales. Mais, les élections que nous préparons actuellement, c’est à dire les élections locales, il y a la possibilité des candidatures indépendantes : tout le monde y est intéressé. Que ça soit les partis politiques ou la société civile’’.

Par ailleurs, le vice-président de la CENI a essayé de démentir des rumeurs qui parleraient de recrutement d’un nouvel opérateur de saisie : « Nous sommes en droite ligne avec la loi pour rencontrer les partis politiques, la société civile et les institutions concernées pour leur dire que, contrairement aux rumeurs, la CENI n’a pas recruté un opérateur technique ».

Selon Ibrahima Kalil Kéita, en application des recommandations du dialogue politique, la CENI a cessé sa collaboration avec Sabari technologie. Il a par ailleurs précisé que la CENI  a lancé un appel d’offre pour recruter un prestataire, qui sera aidé par un consultant dans l’élaboration d’un dossier de recrutement d’un nouvel opérateur technique qui sera chargé de faire la révision des listes électorales en prévision des élections présidentielle de 2015.

F. Yacine Sylla

 

Commentaires