La fièvre hémorragique à virus Ebola continue à perturber le fonctionnement normal de la Guinée. Après avoir été « isolée » de ses voisins comme la Guinée Bissau et le Sénégal qui ont fermé leurs frontières avec notre pays, également interdit de vol par plusieurs compagnies aériennes, la Guinée est désormais confrontée au fonctionnement interne. L’ouverture des classes va-t-elle être repoussée ? Le débat a déjà commencé dans la cité.

Présent au siège national du parti au pouvoir, le RPG arc-en-ciel, le ministre de l’enseignement près-universitaire, Ibrahima Kouroumah, s’est insurgé contre ceux qui annoncent l’ouverture des classes pendant l’état de siège sanitaire pour cause d’Ebola. « Il y a des gens qui parlent de la rentrée scolaire, mais ces gens ne se soucient pas de l’avenir de ce pays. J’invite les journalistes de recouper les informations ; sinon, ils auront honte ! », a conseillé le ministre, avant d’ajouter : « On ne va pas fixer la date de la rentrée scolaire sans être rassurés et sans rassurer les parents. Le jour venu, chaque parent sera informé », a promis le ministre Ibrahima Kouroumah.

 

Facebook Comments