Elhadj Ibrahima Sampiring Diallo a fait cette annonce en marge de la visite d’une mission de l’Union européennes, dirigée par Elizabeth Péri, Chef section politiques, presse information de la délégation de l’Union européenne en Guinée, dans la cité de Karamoko Alpha Mo Labé, a appris Guineematin.com via sa correspondante basée dans la préfecture.

S’adressant à la mission de l’Union européenne, l’ancien maire de Labé a d’abord dépeint la situation politique actuelle du pays en ces termes : « avec toutes ces années, on ne fait rien pour améliorer la situation dans les quartiers et des communes. Pourtant, le code dit bien que lorsque les conseillers communaux sont installés, l’exécutif communal est mis en place ; un mois après, on doit installer le conseil régional des communes. Or, les relations entre le conseil régional de commune et les conseillers communaux, rien n’a été encore établi. Les textes ne sont pas encore élaborés. Également, quand on dit conseil régional, on ne sait pas si on maintien les régions actuelles (parce qu’actuellement, on a 8 région) ou si on va conserver les quatre régions naturelles ou encore si on va augmenter d’autres ; et, quelle va être la nature de la relation entre le président du conseil régional et les autres communes, entre le conseil régional et le gouverneur de région », a-t-il expliqué.

Parlant des raisons qui expliquent l’inaptitude de la Guinée d’organiser actuellement les élections locales, Elhadj Ibrahima Sampiring Diallo a dit que les textes doivent être clairs à ce niveau. « Rien de cela n’est encore prêt. C’est pourquoi, je dis, vouloir faire des élections pour des élections, ça veut dire qu’on ne comprend pas parfaitement l’enjeu de la décentralisation. C’est à dire qu’on ne voit la démocratie qu’à travers les élections. Or, une élection à pareille situation signifie remplacer un homme par un homme, c’est occuper des postes pour occuper des poste ; mais, ce n’est pas pour qualifier le système de la décentralisation, ni pour améliorer la démocratie pour un développement durable. Donc, il y a trop de choses qui restent à faire et qui me font dire qu’on n’est pas prêt pour les élections. Mais, je comprends que les partis politiques se battent pour qu’il y ait des élections afin de dire que la Guinée est démocratique. Certes, les élections sont un élément de la démocratie ; mais, qu’ils sachent que les élections ne font pas toute la démocratie », a-t-il indiqué.

Ce constat qualifié d’inquiétant et de désolant par l’ancien numéro un de la commune urbaine de Labé explique, selon lui, la neutralité de son choix entre l’opposition et la mouvance présidentielle. « C’est d’ailleurs pourquoi, dans ce débat, je n’apprécie ni l’opposition, ni la mouvance ; car, chacun se bat pour juste occuper un poste. Je crois qu’il ne faut pas se lancer dans des élections pour des élections. Il faut préparer des bases sûres. Et, pour cela, il faut cerner ce qui ne va pas dans les quartiers et les communes. Il faut comprendre tout cela avant de programmer une élection locales », a conseillé Elhadj Ibrahima Sampiring Diallo.

De Labé, Yayé Aïssata Diallo pour Guieematin.com

Tél: (00224) 620 03 66 65

Commentaires

No Comments