Dr.-Ataoulaye-SallUn jeune d’une vingtaine d’année rentré malade de Bamako, le 24 novembre dernier, a provoqué une psychose d’Ebola, dans la commune urbaine de Labé, le dimanche 30 novembre dernier, a constaté le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Selon une source hospitalière le jeune a présenté tous les signes cliniques de la fièvre hémorragique à virus Ebola dans la journée du samedi 29 novembre. Il avait la diarrhée, le vomissement et l’hémorragie par le nez. Une réalité qui a fait fuir tous ses parents du village.

Alerté, le comité préfectoral de riposte contre l’épidémie à dépêché sur les lieux une équipe d’investigation conduite par le Directeur préfectoral de la Santé qui s’est entretenu avec le patient dans l’après-midi du samedi. L’équipe médicale apprend alors de l’intéressé que la maladie a commencé par une forte fièvre, sans pour autant donner des précisions sur la période à laquelle il est tombé malade. Les agents de santé ont cherché à savoir si cette maladie du jeune guinéen est antérieure à la déclaration du virus au Mali. Mais aucune réponse claire n’a été obtenue du malade et de son entourage.

C’est en ce moment que les missionnaires ont décidé de revenir en ville pour chercher un laborantin en vue d’un prélèvement sanguin. Mais, le malade a rendu l’âme samedi nuit avant l’arrivée du laborantin qui, finalement, a fait un prélèvement de salive. L’échantillon a été expédié dimanche matin à Conakry pour des analyses.

Dans l’après-midi de ce lundi 1er décembre, les services de santé de Labé ont annoncé que le test s’est révélé négatif. Comme pour dire qu’il y a eu plus de peur que de mal.

Dans cette vidéo, le Directeur Général de l’hôpital régional de Labé revient sur les faits.

Cette alerte a permis sans doute d’évaluer la capacité de réaction du comité préfectoral de riposte contre l’épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola. Ce comité a mis du temps à se mobiliser pour descendre sur le terrain. Ce qui explique en partie, le fait de n’avoir pas pu faire un prélèvement sanguin avant le décès de ce jeune qui présentait tous les signes de l’épidémie. Mais, le Directeur Général de l’hôpital régional de Labé pense le contraire.

Vidéo 02 de Guineematin.com avec Dr. Ataoulaye Sall :

A noter que le défunt a été inhumé conformément aux dispositions de l’état d’urgence sanitaire en vigueur en République de Guinée.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Téléphone : (00224) 660 11 35 15

Facebook Comments