Grand marché de MamouDepuis  le 26 décembre dernier, le torchon brûle entre la délégation spéciale de la commune urbaine et l’administration centrale du grand marché de Mamou. Le différend est né suite à un entretien entre l’administrateur et des conseillers communaux de la mairie qui ont annoncé une modification de la clause du contrat qui la commune au marché, a appris le correspondant de Guineematin.com à Mamou.

Dans sa prévision budgétaire exercice 2017, la délégation spéciale, estimant que la mairie ne bénéficie que d’une infime partie de la somme résultante du recouvrement des taxes payées par les occupants des boutiques et autres exploitants de kiosques, a revu à la hausse le montant que l’administration du marché doit verser à la commune. Au lieu d’un million cinq cent mille francs guinéens (1 500 000 GNF) par mois, convenu dans le contrat, l’administration centrale du grand marché devrait désormais verser cinq millions de francs guinéens (5 000 000 GNF) par mois à la commune.

Mamadou Sidibé, administrateur du grand marché de Mamou

Une augmentation qui n’est pas du goût de l’administrateur central dudit marché. Dans les conditions édictées par la mairie qui voudrait que les taxes (5 000 GNF par exploitant) restent inchangées pour les occupants des boutiques et des kiosques, monsieur Sidibé estime qu’il est impossible pour lui d’augmenter un quelconque montant sur la somme (1 500 000 GNF) convenu dans le contrat.

« Si je dois augmenter le montant que j’ai l’habitude de verser à la commune, les taxes doivent être revues à la hausse pour les exploitants des boutiques. Mais, si cette hausse n’intervient pas chez les exploitants, je ne suis pas partant pour une augmentation du montant que je verse à la commune. Car, ce n’est pas de mes poches que je vais sortir cet argent. Je ne suis pas prêt aussi pour une modification de mon contrat dans les conditions actuelles avec la mairie », a expliqué monsieur Mamadou Sidibé, qui a reçu le correspondant de Guineematin.com à Mamou.

Mais selon monsieur Mamadou Alpha Barry, président de la délégation spéciale de Mamou, qui a également reçu Guineematin.com, il est incroyable et inconcevable pour la commune de percevoir 1 500 000GNF par mois, alors que l’administrateur du marché gère près de 1 400 kiosques recensés en 2013.

Mamadou Alpha Barry, Barry Maths, maire de Mamou

« Il (l’administrateur) ne peut pas gérer le marché de Mamou avec près de 1 400 kiosques recensés en 2013 et nous donner 1 500 000GNF. C’est incroyable. Maintenant, on veut savoir le nombre de kiosques parce que nous avons posé la question à celui qui nous donne ce montant-là, il nous dit qu’il ne connait pas. Mais, en principe, quand il nous verse un montant, il doit savoir sur quelle base il nous donne ce montant », a expliqué monsieur Barry, avant de préciser qu’il a été demandé à l’administrateur du marché de revoir à la hausse le montant qu’il verse à la commune sans pour autant augmenter les taxes des exploitants des boutiques et des kiosques.

« On lui avait dit qu’il ne doit pas augmenter les taxes des clients ; mais, lui, il doit augmenter le montant qu’il verse à la commune. Nous lui avons proposé 5 000 000 GNF par mois au lieu de 1 500 000 GNF », a précisé le président de la délégation spéciale.

A suivre !

De Mamou, Keïta Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

Tél. : 622 97 27 22