Catérine asthon, Union Européenne, BurkinaL’Union européenne, « très préoccupée » par les violences au Burkina Faso, a appelé jeudi « toutes les parties » à y mettre fin et à « engager rapidement un dialogue ».

L’UE « est très préoccupée par la situation actuelle et les informations faisant état de victimes » dans les émeutes qui secouent ce pays, a indiqué un porte-parole du chef de diplomatie européenne, Catherine Ashton.

Le gouvernement burkinabé a annoncé jeudi l’annulation du vote d’une révision constitutionnelle controversée qui permettrait au président Blaise Compaoré de se maintenir au pouvoir.

Prenant acte de ce geste envers les manifestants qui dénoncent un « coup d’Etat constitutionnel », « l’Union européenne appelle toutes les parties à s’abstenir de recourir à la violence et à engager rapidement un dialogue constructif », a déclaré le porte-parole de Mme Ashton.

« L’Union européenne est prête à intervenir pour faciliter ce processus », a-t-il ajouté.

Le Burkina Faso a connu jeudi une journée d’émeutes qui a débuté par le saccage et l’incendie de l’Assemblée nationale. Des milliers de manifestants ont pris d’assaut la télévision publique, qu’il ont pillée, puis ont détruit le siège du parti présidentiel à Ouagadougou, ainsi que d’autres symboles du régime.

Au moins une personne a été tuée. Les violences se sont étendues à Bobo Dioulasso (Ouest), la capitale économique, et à Ouahigouya (Nord).

axr/jlb/bds

Facebook Comments