Ce dimanche, 16 juillet 2017, les leaders de l’opposition guinéenne ont tenu leur premier meeting qui annonce la série de manifestation politique qu’elle compte organiser dans les différentes communes de la capitale en prélude de sa marche du 02 août 2017. Cette manifestation, première du genre en cette année 2017, a connu assez de péripéties, avant, pendant et après le meeting de la journée au boulevard Diallo Telly.

D’abord, Cellou Dalein Diallo et ses nouveaux partenaires de l’opposition républicaine avaient essuyé le refus des autorités communales de Kaloum ; et, selon certaines indiscrétions, c’est seulement suite à une intervention du président Alpha Condé que le meeting a été autorisé.

Tôt ce matin, des agents des forces de défense et de sécurité (des policiers et des gendarmes) ont été déployés sur les différents artères menant à la presqu’île de Kaloum.

Au niveau du pont 8 novembre, les agents de la police refusaient aux motards l’accès de la commune à Kaloum. Ceux-là étaient obligés de rebrousser chemin pour, dit-on, ne pas créer un cortège dans la presqu’île, au risque d’occasionner des affrontements.

L’échec de la tentative de contre-manifestation

A quelque mètres du pont 8 novembre, un match de gala était organisé par des gens qui se présentaient comme étant des proches du régime Alpha Condé. Sauf qu’à ce niveau, une bagarre a éclaté entre les organisateurs et les « acteurs ». Les jeunes protagonistes ont accusé leurs chefs de s’accaparer de l’argent qui était destiné au financement de cet événement à l’allure de contre manifestation. Les jeunes gens sont allés jusqu’à menacer leurs ainés de libérer la route une fois que le cortège de l’opposition arrivera. Une chaude dispute qui a duré plus de dix minutes. Finalement, les jeunes se sont retirés et ont laissé la place aux femmes qui ont transformé le match en mini concert.

Ainsi, au passage du cortège de Cellou Dalein Diallo et Cie à ce niveau, à Tombo, ces femmes ont lancé des slogans hostiles aux opposants. Encadrés par des agents des de l’ordre, les visiteurs ont pu passer cet obstacle sous les hués de ‘’ses contre manifestantes’’.

Les opposants sur le qui-vive dans la presqu’île de Kaloum ?

Sur les capots de leurs véhicules, les opposants ont harangué la foule jusqu’au boulevard Diallo Telly, lieu du meeting. Sur cette transversale, les opposants se sont hissés sur le podium pour les différents discours.

Aussitôt les discours entamés, des jets de pierres ont commencé. Mais, grâce à la promptitude des forces de l’ordre, cette alerte a été étouffée. Pris de peur, les organisateurs ont vite rassemblé les chaises et les tentes, alors que les leaders de l’opposition tenaient leurs discours.

D’ailleurs, les opposants ont été pressés par l’animateur du jour qui demandait à chacun des intervenants d’être aussi bref que possible, à l’exception du patron de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, le seul à avoir fait plus de dix minutes !

La sécurité évite un affrontement au retour 

C’est à ce moment que le pire était à craindre. Cellou Dalein Diallo et sa suite ont encore été ovationnés jusqu’à Tombo. Là, les jeunes de l’opposition ont, cette fois, voulu en découdre avec « les contre manifestants ». Une chaude empoignade verbale a alors opposé les deux groupes durant un bon bout de temps. Mais, l’intervention des agents a permis d’éviter le pire.

Mais, malgré cette vigilance des agents de la sécurité, un des contre-manifestants s’est permis de suivre le cortège avec des injures grossières. Un comportement qui a soulevé l’ire des jeunes de l’opposition qui l’ont malmené un moment avant qu’il ne soit secouru par des gendarmes.

Après, cette malheureuse épisode, le cortège des opposants n’a plus rencontré de problème jusqu’au domicile de leur chef de file, à Dixinn, où les leçons du meeting devaient être tirées et des perspectives annoncées, notamment d’autres meetings dans les quatre autres communes de la capitale avant la marche du 02 août prochain.

À rappeler que ces manifestations visent à contraindre le régime Alpha Condé de tenir ses engagements, notamment l’organisation des élections locales et d’améliorer la gouvernance.

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 620 848 501

Facebook Comments