Mouctar DialloComme annoncé précédemment, l’honorable Mouctar Diallo, président du parti Nouvelles Forces Démocratiques (NFD) a accordé une interview à Guineematin.com, dans la journée d’hier, mercredi 24 août 2016. Au menu, plusieurs sujets d’actualité comme la dernière marche de l’opposition, les négociations avec le pouvoir, les reformes au sein des NFD, les préparatifs des élections locales…

Décryptage :

Guineematin.com: L’opposition républicaine à laquelle vous appartenez a marché le 16 août dernier à Conakry. Dites-nous comment cela s’est passé ?

Mouctar Diallo : L’opposition républicaine a organisé une grande manifestation qui a réussi. Malheureusement, la police encore une fois s’est négativement distinguée après la marche, en enlevant la vie d’un guinéen et en blessant trois autres par balles réelles et en blessant beaucoup d’autres par des jets de pierre, par agression et bastonnade. L’organisation avait mis en place une commission qui a intégré l’ensemble des paramètres liés à l’organisation d’une manifestation réussie. Avant la manifestation, nous avons eu deux séances de travail avec les sévices de sécurité, sous la houlette du gouverneur de la ville de Conakry, le Général Mathurin Bangoura. Donc, pour nous, tout allait bien se passer, sans qu’il n’y ait aucun blessé. Le jour de la manifestation, malgré une pluie torrentielle qui s’est abattue sur la capitale Conakry, il y a eu une forte mobilisation des populations. Donc, nous avons fait cette manifestation qui s’est terminée à l’esplanade du stade du 28 septembre, où les leaders avaient tenu leurs différents discours. Après, les gens se sont dispersés pour rentrer chez eux. Personnellement, j’ai raccompagné quelques marcheurs jusqu’au rond point de Bambéto et je leur ait dit de rentrer tranquillement après cette manifestation réussie. Un peu après mon départ, j’ai été appelé par Hadja Halimatou Dalein et sa sœur, qui m’ont dit qu’il y a des échauffourées à Bambéto. J’ai fait demi-tour et j’ai constaté effectivement qu’il y a des affrontements entre les policiers et les jeunes de Bambeto. J’ai voulu calmer la situation ; mais, c’était difficile, parce que je me suis retrouvé entre le gaz lacrymogène et les cailloux. Donc, j’ai demandé au commandant Dioubaté de faire quitter les policiers sur les lieux pour que je sensibilise les jeunes qui étaient très remontés après que quatre personnes aient reçu des balles parmi les leurs. Et, donc, le commandant Dioubaté n’a pas accepté, j’ai appelé le colonel Ansoumane Camara Baffoé, en lui demandant de faire partir les policiers. Il n’a pas voulu prendre cette responsabilité, il m’a passé le ministre de la sécurité. J’ai demandé au ministre aussi de faire partir les policiers, le ministre m’a demandé si je pouvais prendre la responsabilité auprès de lui pour qu’après le départ, je puisse sensibiliser les jeunes pour faire en sorte que le calme revienne et que les voies soient dégagées et que les passants ne soient pas agressés. Naturellement, j’ai dit oui et j’ai pris la responsabilité. C’est après qu’il a donné des instructions pour que les policiers quittent les lieux . Après, les policiers ont quitté et j’ai sensibilisé les jeunes qui m’ont écouté, le calme est revenu et tout s’est bien passé. L’ordre s’est établi.

Guineematin.com: on a appris qu’au lendemain de la marche, des ministres se sont rendus  au domicile du défunt à travers vous. Expliquez-nous !

Mouctar Diallo : effectivement, la veille il y a deux ministres, en l’occurrence le ministre d’Etat de la sécurité et le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, qui m’ont contacté pour exprimer leur volonté de venir à la maison du défunt pour présenter les condoléances à la famille et aux habitants de Bambéto. Ils ont voulu que je facilite ces présentations des condoléances.  C’est ce que j’ai eu à faire en entrant en contact avec la famille et l’imam de la mosquée de Bambéto. Avec les sages religieux, les leaders de l’axe, on a organisé cela. Ils sont venus à 19 heures, on a prié à la mosquée de Bambéto et ils ont présenté les condoléances au nom du gouvernement. Ce qui est salutaire. Ils se sont engagés que ce dernier soit la dernière victime et ils ont promis que la lumière sera faite et que les auteurs seront sanctionnés à la hauteur de leur forfaiture conformément à la loi.

Guineematin.com : monsieur Mouctar, des réformes sont entrain d’être faites au sein du parti NFD, dites-nous de quoi il en est.

Mouctar Diallo : le parti NFD continue sa belle marche et se renforce au jour le jour. Récemment, il y a eu une retraite à Bruxelles, qui avait réuni les représentants du parti NFD venus de tous les coins du monde et une délégation du bureau exécutif national de Conakry, pour échanger sur la vie du parti,  pour examiner son passé, son présent et dégager les perspectives. Donc, les conclusions avaient été prises, qui devaient être entérinées par un congrès  extraordinaire à Conakry. C’est ce qui s’est passé les 30 et 31 août 2016. Il faut dire que le congrès s’est très bien passé. Nous avons restructuré le bureau exécutif national, nous avons mis en place un organe de contrôle et de discipline qui est une nouveauté au sein du parti, nous avons pris quelques décisions importantes pour une meilleure organisation et un meilleur fonctionnement du parti. Parmi les grandes décisions qui avaient été prises, c’est participer aux différentes élections qui vont venir. Bien-sûr, NFD a toujours participé aux élections dans ce pays depuis sa création en 2008 ; mais, maintenant, c’est de participer sous nos propres couleurs.

Guineematin.com : Comment vous préparez-vous pour les élections communales ?

Mouctar Diallo : actuellement, le secrétariat chargé des affaires politiques est entrain de travailler en termes de réflexion, en termes d’initiatives pour finaliser l’identification des circonscriptions électorales dans lesquelles nous allons présenter des listes. Il travaille aussi sur les stratégies de mobilisation de fonds. La prochaine réunion du bureau exécutif, les comptes rendus seront faits par ces personnes qui étaient chargées de ce travail.

Guineematin.com: dans quelles circonscriptions ont peut attendre des candidatures du parti NFD ?

Mouctar Diallo: c’est peut être très tôt de le dire. Comme je l’ai dit, le travail d’identification des circonscriptions dans lesquelles nous voulons présenter des candidats, ce travail n’est pas encore achevé. Il faut dire que le congrès a déjà fait des ébauches qui disaient de présenter les candidats dans la commune de Dixinn, dans la commune de Ratoma et dans certaines communes urbaines et rurales à l intérieur du pays. Au moment venu, nous allons faire une large communication dessus.

Guineematin.com: merci monsieur Mouctar Diallo

Mouctar Diallo : c’est à moi de vous remercier.

Propos recueillis et décryptés par Kadiatou Baldé pour Guineematin.com

Facebook Comments