Après sa toute première audience avec le chef de l’Etat, avant-hier, lundi, le président du Bloc Libéral (BL) a animé une conférence de presse. Dans la matinée de ce mercredi 11 janvier 2017, Docteur Faya Lansana Millimono a essayé de faire un compte rendu complet de sa rencontre avec le professeur Alpha Condé, au palais présidentiel, Sékhoutoureyah, a constaté le reporter de Guineematin.com qui était au siège du BL, à Yembeya, dans la commune de Ratoma.

D’entrée de jeu, Faya Millimono a laissé entendre que le chef de l’Etat l’a attaqué face à face : « il a abondamment parlé de son bilan et de ses projets pour la Guinée. Et, il m’a fait remarquer que j’appartiens à un parti politique qui, depuis six ans, l’empêche de travailler. Il a précisé que malgré tout ce que nous sommes entrain de faire, la Guinée va continuer à évoluer », a révélé l’opposant, ajoutant d’ailleurs n’avoir fait aucune réaction face à cette attaque…

Là où le président Alpha Condé a laissé le leader du BL donner son point de vue, c’est sur la question du point 2 de l’accord politique du 12 octobre 2016. « Là-dessus, j’ai fait remarquer au président de la République que le parti que je dirige et que je représentais à cette rencontre avait une position différente de celle de la mouvance qu’il dirigeait ainsi que d’une autre partie de l’opposition. Il m’a fait observer que dans toute la sous-région ouest-africaine, il n’y avait aucun pays qui organisait les élections dans les districts et les quartiers. Il fallait dire au président que ça peut être l’exception qui confirme la règle. J’ai expliqué que la décision de choisir les chefs de  quartiers et de districts au prorata des résultats des élections communales allait davantage politiser la Guinée jusqu’à faire rentrer la politique-politicienne dans les quartiers et districts sans compter qu’on donnerait l’impression au pays que la loi est un encombrement », a rapporté Faya Millimono.

Mais, le conférencier admet qu’après ses remarques sur cette question, le président Alpha Condé lui a dit que ce serait couteux d’organiser des élections dans les quartiers et districts et qu’on pouvait « économiser de l’argent ».

Bref, si on n’apprend rien de nouveau après cette audience où n’ont été échangés que des arguments et contre arguments qui sont déjà connus, Docteur Faya Millimono peut tout de même se glorifier d’avoir bénéficié d’une audience avec le chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé. Ce qui est une première pour lui et son parti qu’il a créé après sa démission de la NGR d’Ibrahima Abé Sylla, après le rapprochement de ce dernier avec le régime du même Alpha Condé.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

 

Facebook Comments