Faya et Kaba Mohamed LamineLe procès de Faya Milimono du parti BL (Bloc Libéral) contre Mohamed Lamine Kaba, président du parti FIDEL (Force des Intègres pour le Développement et la Liberté) devrait se tenir hier, mardi 4 novembre 2014, au tribunal de première instance de Dixinn, mais le procès a été reporté pour le 11 novembre 2014.

Le prévenu, Mohamed Lamine Kaba- est poursuivi pour diffamation par voix de presse par Docteur Faya Millimono- a pourtant répondu ce mardi matin à la convocation au tribunal de première instance de Dixinn. Déjà, ce procès devait se tenir la semaine passé. Mais, à cause de l’absence de l’avocat du prévenu, il a été reporté pour hier, mardi. Sauf qu’hier encore, il  a été reporté malgré la présence dudit avocat.

Pour justifier sa demande de report, l’avocat de monsieur Kaba, Me Mohamed Traoré, a laissé entendre qu’il venait d’être consulté juste la veille et qu’il n’avait donc pas fini d’éplucher le dossier de la plainte.

Après un petit tiraillement entre les deux avocats antagonistes, Maitre Faya Gabriel Kamano, l’avocat du plaignant (Faya Milimono), a accepté la demande de son confrère. « J’ai trouvé normal qu’un avocat qui vient d’être consulté demande suffisamment de temps pour défendre son client », a expliqué Maitre Gabriel Kamano.
Abondant dans le même sens que son avocat, Dr. Faya

Millimono trouvera normal que l’avocat de la défense ait demandé un report pour lui permettre une meilleure défense.

Le procès entre l’opposition dure et celle modérée sous fond de trahison ?

Le procès entre Faya Milimono et Mohamed Lamine Kaba est aussi l’illustration de la divergence de vues au sein de l’opposition guinéenne. Notamment celle composée de ceux qui n’ont pas pu (ou n’ont même pas essayé) réunir 17 mille électeurs pour pouvoir siéger à l’Assemblée nationale. Ils sont donc de l’opposition extraparlementaire.

Les relations entre ces deux camarades de l’opposition extraparlementaire se sont brouillées suite à l’audience que le président de la République, Alpha Condé, a récemment accordée à l’opposition extraparlementaire. D’abord, Faya Milimono ne voulait pas que son groupe se présente à Sékoutouréya parce qu’il était convenu d’y aller uniquement pour expliquer au président que les opposants préparaient un mémorandum avant l’audience proprement dite. « Nous pouvions le faire au téléphone », expliquait Faya Milimono, lors d’une interview accordée à Guineematin.com. Mais, c’est surtout lors de la rédaction dudit mémorandum à adresser au chef de l’Etat qu’il y a eu un véritable problème. « Nous ne pouvions pas nous adresser au chef de l’Etat avec des mots vulgaires comme si nous n’étions pas des hommes responsables », expliquait Boubacar Barry, ‘’Big Up’’, président de la Coordination de l’opposition extraparlementaire, également lors d’une interview accordée à Guineematin.com.

Justement, le divorce a été scellé et les positions véritablement antagoniques dans les explications du départ de Faya Milimono de la COEP. Pour ce dernier, la COEP n’est plus représentative. S’attaquant personnellement à Mohamed Lamine Kaba, président du FIDEL et coordinateur du mouvement ‘’Tout Sauf Alpha’’ (TSA), Faya Milimono dira, chez nos confrères des grandes gueules (Espace Fm) que le TSA est devenu ‘’Mouvement Alpha Seulement’’ ! C’est-à-dire qu’au lieu de se battre contre la réélection du président Alpha Condé, le mouvement se battrait pour la réélection du chef de l’Etat, a laissé entendre Faya.

Comme une panthère blessée, le président du FIDEL, plus que furieux, a essayé de présenter Faya Milimono comme un homme peu scrupuleux et qui ne regarderait que son nombril. Ethnocentrisme dans son combat politique, égoïsme et tous les maux étaient recensés pour expliquer à l’opinion que le président du BL n’est pas honnête. C’est dans cet argumentaire que le leader du FIDEL rapportera des confidences (y a-t-il une en politique ?) que Faya Milimono a eu avec Cellou Dalein Diallo au sujet d’une adhésion à l’UFDG. Mohamed Lamine Kaba de dénoncer alors le comportement de Faya Milimono qui s’est fait recevoir et entretenir par les militants de l’UFDG en Angola dans l’espoir que le démissionnaire de la NGR prendra place au sein de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée. Pour Kaba, le refus de Faya d’aller dans ce sens n’est qu’une trahison de ces militants UFDGistes. Seulement, Faya Milimono- qui n’a certainement pas la souvenance d’avoir  signé un reçu d’un montant perçu des militants de la fédération de l’UFDG Angola- a décidé de porter plainte contre Mohamed Lamine Kaba, auquel il exige de prouver la véracité des accusations. Renvoyé deux fois, c’est ce procès qui est attendu le 11 novembre 2014 au TPI de Dixinn

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Commentaires