Abdourahmane Bakayoko, les Démocrates GuinéensAvant-hier, jeudi 6 novembre 2014, une radio privée de Labé, GPP Foutah a invité un jeune leader politique, Abdourahmane Bakayoko, président du parti ‘’Les Démocrates Guinéens’’, un représentant de l’UFDG et un autre du parti au pouvoir (qui n’avait pas participé à l’émission). Au cours de l’émission, des propos  inamicaux ont été échangés. Et, puisque le président du parti ‘’Les Démocrates Guinéens’’ avait face à lui un représentant de l’UFDG, il a retourné les virulentes attaques de son vis-à-vis au président du parti que ce dernier représentait au studio. Très écoutée dans la zone, l’émission a fait « arrêter » la ville ! Magasins et boutiques ont été fermés. On ne s’est pas limité à écouter « Fënsitën », mais des jeunes ont accouru pour « s’occuper » du véhicule de l’invité. Vandalisé avec tout son contenu, le véhicule sera complètement calciné. Les responsables de la radio appelleront la sécurité.

Mais, exfiltré de la radio, le jeune leader politique sera visé par une plainte du procureur qu’on dit s’être auto-saisie pour outrage au chef de l’Etat. Parce que Bakayoko Abdourahmane ne s’était pas contenté du chef de file de l’opposition. Au cours de l’émission, comme dans une autre précédente émission du même jour à cette même radio, le leader du parti ‘’Les Démocrates Guinéens’’ avait fait plusieurs affirmations. Abdourahmane Bakayoko essayait par exemple d’expliquer que le RPG et l’UFDG étaient des partis ethniques et leurs deux dirigeants pourraient opposer les Guinéens les uns contre les autres et qu’ils étaient donc dangereux pour la paix et l’unité nationale…

Bref, ce passage de Bakayoko à Labé fera longtemps parler de lui et il est actuellement très commenté dans les milieux médiatiques et politiques.

Fodé Oussou Fofana, vice-président de l'UFDG et président du groupe parlementaire des Libéraux-démocrates à l'Assemblée nationalePour Docteur Fodé Oussou Fofana, vice président de l’UFDG, il n’y a pas à tergiverser là-dessus. Bakayoko Abdourahmane n’a eu que ce qu’il mérite en insultant une personnalité aussi respectée que Cellou Dalein Diallo à Labé.

 

Je pense qu’il y a ce que nous appelons le bon sens. D’abord, c’est très important que les gens fassent attention à ce qu’ils disent dans les médias. Parce que c’est différent des petites conversations qu’on peut avoir avec deux ou trois personnes. Dans les médias, vous êtes écouté ou lu par de très nombreuses personnes à la fois. Ces personnes qui vous écoutent ou qui vous lisent vous apprécient en même temps et peuvent avoir des réactions que vous n’imaginez même pas. C’est comme ça qu’ils peuvent vous aimez, vous applaudir ou vous détester sans même vous connaitre physiquement.

Et puis, Elhadj Cellou est une grande personnalité de ce pays, un ancien Premier ministre qui est aujourd’hui le chef de fil de l’opposition. On ne peut pas dire du n’importe quoi sur lui. Sans compter que l’insulter à Labé, c’est comme si vous allez dans une famille et vous insulter le père de famille. Vous ne pouvez pas aller dans une famille, insulter le père de famille devant ses enfants et espérer sortir comme si de rien n’était. Il faut être fou ou drogué pour aller insulter Elhadj Cellou à Labé. Il faut être fou ou drogué pour aller insulter Alpha Condé à Siguiri, même s’il n’était pas le président de la guinée est pas président…

Les gens qui sont sortis-là, ils ne sont pas forcément de l’UFDG. C’est la population de Labé qui est sortie. Je pense que c’est regrettable pour sa voiture, mais il faut être heureux qu’il n’ait pas perdu sa vie. C’est Dieu qui l’a sauvé. Il a pris des risques énormes.

Honnêtement, moi, je ne suis pas d’accord avec les débats de caniveaux. Il faut qu’on sorte des débats de personnes et que les politiciens fassent des vrais débats sur les projets de société.

Moi, je suis opposé au système de gouvernance de Alpha Condé, mais je m’interdis quand même de l’insulter. Je ne ferai pas comme certains ministres qui viennent au siège du RPG arc-en-ciel pour traiter les opposants de chiens. Je ne ferai pas le débat comme le gouverneur de la ville de Conakry qui pense que les décrets du président de la République sont au-dessus des lois de a République.

Parlant des causes profondes qui auraient détérioré les relations entre Cellou Dalein Diallo et Abdourahmane Bakayoko, Dr. Fodé Oussou Fofana a nié la moindre négociation pour présenter ou pas le leader du parti ‘’Les Démocrates Guinéens’’ à Tougué.

Au niveau de l’UFDG, on n’avait jamais parlé de Bakayoko. Et, je suis sûr que les 90 pour cent des Guinéens ne connaissaient pas l’existence du parti de Bakayoko.

Rappelez-vous que Bakayoko, Saliou Bella du parti AFIA et l’UPR sont de ceux qui voulaient des élections sans l’opposition pour espérer avoir quelques fauteuils à l’Assemblée nationale. Ils avaient déposé leurs candidatures bien avant nous. Ils savaient tous qu’en allant aux élections avec nous, ils n’auront rien. Et, je vous dis encore une fois qu’il n’y a jamais eu de concertation, ni de négociation, absolument aucun débat sur une quelconque alliance entre Bakayoko et l’UFDG. On en a jamais discuté.

Propos recueillis au téléphone par Guineematin.com par Nouhou Baldé

Commentaires