L’actualité sociopolitique nationale a inspiré l’UFR (Union des Forces Républicaines) ce samedi, 30 juin 2018, à l’occasion de son assemblée ordinaire. Cette rencontre politique a été présidée par le député Ibrahima Bangoura, entouré de nombreux membres du bureau exécutif du parti républicain, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Des sujets relatifs aux rumeurs sur une éventuelle hausse du carburant, la récente condamnation du syndicaliste Aboubacar Sidiki Marra, la sortie médiatique du président Sékouba Konaté et l’assainissement de la ville de Conakry, ont été entre-autres points débattus au cours de cette rencontre politique.

Selon honorable Ibrahima Bangoura, l’augmentation du prix du carburant ne fera qu’augmenter davantage la misère des guinéens. « Compte tenu de ce que nous vivons, la précarité dans laquelle les guinéens vivent, je crois que l’augmentation du prix du carburant viendra encore ajouter la misère de la population. Ça sera quelque chose qui rendra encore beaucoup plus précaire ceux qui sont déjà dans la souffrance. Je crois d’ailleurs que cela ne fera pas sans que les organisations syndicales et sociales ne soient consultées pour qu’on s’entende. Parce que personne n’a intérêt à ce qu’on ajoute à l’instant les prix. Il y a cette histoire des enseignants qui attendent l’augmentation de leur salaire qui n’est pas réglée, s’il y a aussi l’augmentation du prix du carburant qui vient s’y ajouter, je crois que c’est une accumulation de difficultés et personne n’a intérêt à ce que le pays vive dans le désordre » a-t-il déclaré.

Par rapport à la condamnation du syndicaliste Aboubacar Sidiki Mara par 6 mois de prison, dont 4 mois assortis de sursis, le député a fait savoir qu’il y avait d’autres voies à emprunter. « La liberté syndicale est inscrite dans la Constitution de notre pays. Il y avait d’autres voies à emprunter pour régler cela. Je crois que dans une démocratie, il y a des voies pour régler les difficultés que les uns et les autres rencontrent dans l’exercice de la démocratie. La démocratie ne veut pas dire, il faut à chaque fois prendre le bâton. Il y a le dialogue », rappelle-t-il.

Par rapport à la campagne d’assainissement lancée par le gouvernement, le vice-président de l’UFR a fait remarquer que Conakry restera toujours sale si le gouvernement ne fait pas ce travail en aval. « Je ne sais pas si cette politique du gouvernement va débarrasser Conakry de ses ordures. Ce que je sais, des structures devraient être mises en place pour travailler. Il y a ce que les ménages peuvent faire, c’est-à-dire collecter les ordures, mais il y a aussi le travail du gouvernement. Si le gouvernement ne fait pas son travail en aval de ce que les ménages font en amont, Conakry restera toujours sale. Parce que jusqu’ici, nous n’avons pas une structure organisée pour ramasser les ordures dans les rues et devant les concessions ».

Evoquant la sortie médiatique du général Sékouba Konaté, ancien président de la transition, Ibrahima Bangoura dira que « le général Konaté a reconnu facilement que c’est le président Sidya Touré qui était au deuxième tour aux élections présidentielles de 2010. Il l’a dit, tout le monde l’a écouté. Seulement, ils nous ont triché ».

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin