Le procès contre le marabout Koulako Kourouma et l’artiste Abdoul Aziz Bangoura dit « Marcus » du groupe de Rap Banlieuzar, s’est poursuivi hier, lundi 19 juin 2017, au Tribunal de Première Instance de Dixinn. Ils sont accusés pour viol sur la personne de FDD, âgée de 17 ans au moment des faits, rapporte Guineematin.com, à travers un de ses journalistes qui était sur place.

La plaignante et les accusés ont été largement entendus ce lundi devant le juge Ibrahima Kalil Diakité. Expliquant les circonstances dans lesquelles elle a connu Koulako Kourouma, elle dira que c’est sa mère qui l’a envoyée chez Koulako pour que ce dernier l’aide à avoir un talisman pour qu’elle s’intéresse à ses études.

Une fois que cela a été fait, elle est revenue seule chez Koulako pour lui dire de l’aider à avoir un mari. Cela aussi fut fait. « Six mois après, je suis venue chez Koulako, et ma maman qui était à ma recherche m’a trouvée chez lui là-bas. Ainsi, elle a arrêté Koulako, puis déposé à la gendarmerie en pensant que j’étais chez lui depuis que j’ai quitté la maison. Or, pendant ces six mois, j’étais chez ma copine durant tout ce temps. Je n’ai jamais fait des rapports sexuels avec lui et je n’ai jamais passé la nuit chez lui », a-t-elle expliqué devant le tribunal.

Pour le cas du second accusé, Abdoul Aziz Bangoura du groupe de Rap Banlieuzart, elle dit que c’est ce dernier qui a abusé d’elle dans sa chambre à Cobayah, dans la commune de Ratoma.

« Il m’a invitée, je suis venue le trouver à l’hôtel Mariador Palace, puis, nous sommes allés chez son ami et après nous sommes partis au restaurant Seven Eleven à Kipé où on a échangé quelques verres. Il était 22 heures, je lui ai dit que je veux rentrer. Il m’a dit comme il se fait tard, il va m’accompagner. C’est ainsi qu’il m’a pris, il m’a envoyé chez lui à Cobayah et il m’a violé. Je saignais beaucoup car c’était ma première fois de connaitre l’homme. Il m’a envoyé dans sa toilette pour me laver et le lendemain à 16 heures, il m’a tendu 20 000 francs guinéens », a-t-elle expliqué.

Cependant, l’artiste Abdoul Aziz Bangoura balaye les accusations de viol d’un revers de mains. Pour lui, c’est la fille qui l’a appelé en disant qu’elle a rêvé son numéro et elle a retenu les chiffres. « Et, quand elle a expliqué cela à sa mère, elle l’a conseillée de m’appeler. C’est comme ça nos relations ont commencé. Après trois mois de contact, on a fixé un rendez-vous au restaurant Seven Eleven. Après là-bas, nous sommes allés chez moi, elle a passé la nuit au salon, et moi j’ai passé la nuit dans ma chambre. Je n’ai jamais eu de contact sexuel avec elle. Ce n’est même pas la fille de mon genre. Elle m’accuse pour avoir une grande renommée », s’est-t-il défendu.

A la fin de l’audience, le collège d’avocat du marabout Koulako Kourouma a demandé à ce qu’une liberté provisoire lui soit accordée car, disent-t-ils, « depuis une année Koulako est en prison. Tandis que son co-accusé Marcus est non détenu ».

Cette demande a été rejetée par le ministère public et le tribunal.

L’audience est renvoyée à la quinzaine, soit le 03 juillet 2017 pour la suite des débats.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 664 413 227/654 416 922

Facebook Comments

Guineematin