Les députés ont unanimement voté un nouvel accord cadre renouvelant le régime fiscal et douanier de Friguia, qui vise à la reprise des activités de cette usine, à l’arrêt depuis avril 2012. La présentation du rapport sur le nouveau régime fiscal et douanier a donné lieu à d’intenses débats entre les élus de la nation. Des débats aussi denses que riches ayant abouti finalement à la prise en compte la souffrance des populations de Fria.

Guineematin.com revient ici sur l’une des pertinentes qui aura contribué à peser sur la balance et convaincre la représentation nationale d’accorder son violon au grand bonheur des cent mille habitants de la ville de Fria. Il s’agit de l’intervention de l’Honorable Abdourahmane Sinkoun Camara, Président de la commission des mines, industrie, commerce, hôtellerie, tourisme et artisanat, assurant pour la circonstance l’intérim du président de la commission économique et financière du Parlement.

Voici l’intégralité de son intervention :

Honorables députés,

Notre auguste Assemblée nationale a plusieurs fois plaidé pour la reprise des activités de Friguia. Des députés se sont impliqués aux côtés des travailleurs pour trouver une solution de reprise.
Plusieurs milliards ont été apportés par l’Etat guinéen aux travailleurs de Friguia, et plusieurs Hommes de bonne volonté ont apporté leur assistance aux travailleurs de l’usine Friguia pour réduire le drame humain auquel nous avons assisté. Des parents incapables de nourrir leurs familles, de prendre en charge leurs les frais de scolarité de leurs enfants, d’assurer les soins de leurs familles. Des enseignants ont déserté la ville de Fria à cause de la vie dure.

Que voulons Honorables ?

Défendre nos populations ou pas ? Alors je rappellerai que notre rôle et devoir est de défendre nos braves populations. La Guinée jadis fière de son usine d’alumine, reste sans aucune raffinerie d’alumine opérationnelle.

Aux USA, en France, c’est la course à l’augmentation des avantages fiscaux des entreprises dans le but de créer des emplois.

Alors Honorables, nous ne devons pas aller à l’encontre du progrès social et de la réalité de notre temps.

Je regrette vigoureusement des visions minimalistes des avantages de la Guinée car de 550 millions GNF, la taxe pour les collectivités passe à 950 millions GNF avant la relance. Puis de 2 milliards 300 millions GNF après la reprise des activités (la relance de l’usine). Il y a des progrès sans aucun doute. De plus, il y a la création d’une taxe de 0,5$/Tonne de bauxite payable mensuellement.

Au temps de la révolution, on disposait d’un 1 dollar pour tout ; et pendant deux décennies, la Guinée n’avait aucune taxe spéciale. Aujourd’hui, nous commençons à instaurer cette taxe sous une autre forme.

Je rappelle que les engagements de la Guinée sont révisables tous les deux ans. Nous avons donc la possibilité de revaloriser cette taxe.

Honorables députés, avançons vers le progrès. Les intérêts de la guinée sont bel et bien défendus dans ce projet de nouveau régime fiscal et douanier pour enfin défendre nos braves populations ».

Un appel tombé finalement dans de bonnes oreilles puisqu’après lui, tous les autres intervenants, de toutes familles politiques, ont abondé dans le même sens, privilégiant mettre fin à la souffrance des populations de Fria, exposées depuis cinq ans à toute sorte de précarité.

Rappelons que depuis le lancement des travaux de reprise de l’usine, quelques 800 travailleurs dont plus de 95% de Guinéens sont recrutés et s’activent sur le terrain.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments