Les prévenus sur le drame de RogbanéLe procès sur le drame de Rogbané est de nouveau suspendu et devrait reprendre à 15 heures et quelques minutes. Dans la matinée de ce mercredi 24 décembre- et jusqu’à 13 heures- c’est Habib Diallo, secrétaire général de l’ONG AJEDE, qui gérait la plage, qui était à la barre. Puis, à partir de 13 heures 12 minutes, Sékou Batouta Camara, président de la délégation spéciale de Ratoma sur sa responsabilité (assumée ou non) et ce qu’il sait du drame qui a emporté 34 jeunes guinéens, le 29 juillet 2014, lendemain de la fête de Ramadan.

Aux questions des avocats de la partie civile, le premier « magistrat » de Ratoma a dit ne rien savoir de la plage ! Tout simplement, sa commune ne gère pas la plage et n’est même pas informé des activités juvéniles et culturelles de ce lieux de récréation…

A en croire Sékou Batouta Camara, les ministres du Tourisme, de la Jeunesse, de la Culture et même de l’Environnement pourraient mieux édifier sur ce qui se passe dans les plages que lui, président de la délégation spéciale…

Interrogé sur sa responsabilité, « Je ne suis nullement responsable ! », dit Sékou Batouta Camara, qui se dit d’ailleurs mal indiqué pour « décider » qui est réellement responsable de ce drame. L’audience a été suspendue avant les questions de avocats de la défense…

Hier, le passage de l’ancien chef du quartier de Taouyah, monsieur Levis Saint Etienne Camara avait poussé les avocats de la défense de solliciter le patron de la gendarmerie nationale, le général Ibrahima Baldé, ainsi que des ministres du Tourisme, Moussa Condé Tata Vieux, et des Sports, Domani Doré. La partie civile et le procureur avaient combattue cette demande et, le président du tribunal, Mangadouba Sow, n’a pas agréé cette requête.

Yacine Sylla, envoyée spéciale de Guineematin.com à la Cour d’Appel de Conakry

 

Commentaires