Samory Kéita, porte parole des journalistes grévistes

Samory Kéita, porte parole des journalistes grévistes

Ce jeudi 11 septembre 2014, le Collectif des journalistes grévistes du groupe de presse l’Indépendant / le Démocrate a tenu une conférence de presse à la maison de la presse. Objectif: faire un point sur le contentieux qui existe entre le fondateur dudit groupe et les ex travailleurs.

Après la présentation de la déclaration par le porte parole du collectif, Samory Keïta, l’honneur est revenu à Hadja Marie Anne Diawara, ex secrétaire du groupe, d’apporter un témoignage sur les 17 ans de service dans cette rédaction. Dans son intervention, l’ancienne secrétaire du groupe a dit être très déçue du patron du groupe de presse l’Indépendant / le Démocrate en tant que plus ancienne des travailleurs de l’Indépendant / le Démocrate où elle exerce depuis 1995.

Poursuivant ses propos,  Hadja Marie Anne Diawara a dit que les journalistes de l’Indépendant / le Démocrate ont toujours travaillé dans des conditions, voire insupportables. «  Depuis 17 ans, nous travaillons dans des conditions très difficiles. Pendant ces 17 ans,  on n’avait qu’une seule machine pour quatre (4) secrétaires. C’est dans ces conditions pénibles qu’on a continué toujours à travailler et dans ces condition de dure labeur que nous avons travaillé pour lui. Personne  n’a jamais été récompensé… », déplore Hadja.

Dans ses dénonciations, Marie Anne Diawara a rappelé que des subventions ont été accordées au groupe l’Indépendant / le Démocrate,  mais les secrétaires n’ont jamais eu de subvention ni de bonus. Et, cela n’a pas découragé ses travailleurs de travailler de toujours  répondre aux attentes du groupe.

Par ailleurs,   Hadja Diawara dit avoir été même emprisonnée à cause de  l’Indépendant / le Démocrate. «  Aujourd’hui, si nous nous voyons à la touche et qu’il veut politiser la chose, je dis que c’est vraiment regrettable pour lui. Donc, ce témoignage est de dire que je suis avec les autres et c’est un mouvement que nous réclamons et que ce n’est pas une guerre, ni politiser la chose, juste nos arriérés de salaires  que nous demandons », martèle-t-elle.

Pour sa part, M. Moïse Sidibé, ex travailleurs du groupe témoigne, que « Ce n’est pas la première fois que l’Indépendant / le Démocrate connait des remous, tout les anciens ont quitté. Pourquoi ? Pas une affaire politique. Parce qu’en 2002 les teneurs de l’Indépendant / le Démocrate avaient quitté, moi je venais d’arriver, ils ont voulu me tirer avec eux. Mais, je n’ai pas accepté. J’ai dis que j’ai une conviction, il faut que je sente aussi que Aboubacar Sylla n’est pas droit. Depuis 1998, je suis à l’Indépendant / le Démocrate. Mais, toutes les manœuvres sont tirées par Diakité le comptable, pas le Directeur de publication », précise-t-il.

Parlant de sa présence, M. Moïse, dira : « C’est par solidarité de presse contre le non respect de principe que je suis là. Je ne suis pas venu réclamer de l’argent. Mais, comme il me doit de l’argent, c’est maintenant que je le réclame », confit M. Sidibé.

F. Yacine Sylla

 

 

Facebook Comments