moutonsA quelques jours de la fête de Tabaski, autrement appelée fête des moutons, les yeux de nombreux citoyens sont braqués sur les points de vente de bétail de la ville carrefour. Mais, comme les années précédentes, les prix ont augmenté brusquement dans tous ces différents points de vente, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses correspondants locaux.

Amadou Sadio Barry, le premier responsable des vendeurs de bétail à Kimbely, un quartier de la commune urbaine, explique cette situation par la cherté des prix au niveau des éleveurs. Il ajoute que le transport pour acheminer les animaux vers le centre-ville pèse beaucoup sur eux. « Nous partons dans les marchés hebdomadaires pour acheter ces bêtes. C’est à ce niveau qu’on augmente les prix. Aussi, le transport pèse beaucoup sur nous. Les clients aussi veulent toujours acheter le bétail au même prix qu’ils ont acheté l’année dernière, alors que les prix varient du jour au lendemain. L’année passée, à pareil moment, on vendait un mouton entre 700 et 900 mille francs guinéens. Cette fois, ça varie entre un million et 1 200 000 francs guinéens », a-t-il précisé.

Maître Aghuibou Barry, marchand de son état, ne cache pas son amertume sur la cherté des prix du bétail à l’approche de la fête. « Ici en Guinée, nous nous sommes habitués à se faire du mal, à chaque fois que l’occasion se présente. Si c’est le mois de Ramadan qui s’approche,  c’est la même chose. Mais pour moi c’est l’État qui est faible. L’année dernière j’ai acheté une chèvre à 700 000 francs guinéens. Aujourd’hui cette chèvre du même poids coûte 1.300.000FG. C’est déplorable », regrette-t-il.

Il est important de rappeler que cette fois ci les points de vente de bétail n’ont pas connu pour le moment une grande affluence des clients comme on le constatait par le passé. Les principaux arguments avancés pour cet état de fait sont liés à la hausse des prix des bêtes et le manque d’argent.

De Mamou, Habib Samake pour Guineematin.com

Tél. : 623093998

 

Facebook Comments