Balaya et MoringaLe forum civil guinéen a animé une conférence de presse ce  Mardi 19 août 2015 à Coléyah pour, disent les conférenciers, dénoncer les  ‘’magouilles’’ dans la gestion des marchés des infrastructures prévues pour les festivités du 56ème anniversaire de l’indépendance nationale à Mamou. Ibrahima Balaya Dillo, président de ladite ONG et Mody Oury Moringa Diallo, président de l’ONG ‘’Terre Vivante’’, ont longuement expliqué les dessous des détournements des fonds alloués au bon déroulement des festivités.

Prenant la parole,  Ibrahima Balaya Diallo, président du forum civil guinéen, est revenu sur leurs enquêtes sur le terrain qui, selon lui, sont alarmants : « On est à 45 jours de la célébration du 56ème anniversaire à Mamou, cela devrait être pour nous des occasions pour doter ces villes d’infrastructures, de leur doter une possibilité de développement, etc. Malheureusement,  ce que nous avons constaté sur le terrain est très alarmant. Au lieu que cela procure à ces villes, ça a davantage contribué à créer ce que l’on appelle l’oligarchie et c’est très dangereux » affirme-t-il.

Pour donner des détails sur cet état de fait, M. Diallo affirme que son ONG a mené des « enquêtes durant une semaine sur le terrain, en partenariat avec ‘’terre vivante’’,  et  nous avons constaté des problèmes. Par exemple,  nous avons constaté la violation du code des marchés. Pendant que les appels  d’offres se déroulaient,  la commission interministérielle se réunissait pour l’attribution ! L’ingénieur français avait déjà signé ce contrat de modification, d’attribution, en ne tenant même pas compte du travail de la commission interministérielle. Autre remarque que nous avons fait sur le terrain, c’est qu’on assiste aujourd’hui à beaucoup plus de rénovations avec des montants faramineux. Par exemple, la rénovation du gouvernorat est évaluée à huit (8) milliards de francs guinéens ! Juste une rénovation… Nous avons la rénovation de la résidence  du préfet avec 7 milliards 200 millions, les bureaux de la préfecture à 8 milliards 500 millions. Pour la mairie de Mamou, ils avaient prévu 4 milliards, etc. Mais, c’est très dangereux », se frustre Ibrahima Balaya.

Selon cet acteur de la société civile, le gouvernement n’a même pas posé la question à la population de Mamou sur les besoins et ils se permettent de dépenser un tel montant juste pour des rénovations ! « Au moment de notre enquête, on a relevé que cette population avait  proposé la construction d’un palais des Sports  qui ne dépasse pas 7 milliards. A titre de comparaison, la place publique de Mamou qui ne peut accueillir plus de 500 personnes, le coût de la rénovation est estimé à 15 milliards ! Pour le budget alloué à Mamou, le comité a pris 16 milliards pour la rénovation du ministère de l’administration du territoire… », dénonce également Balaya Diallo.

Pour sa part, Moody Oury Moringa Diallo, président de l’ONG ‘’Terre Vivante’’ a, dans son intervention, pointé un doigt accusateur à un certain Mamady Kalo qui, selon lui, s’est emparé de tous les marchés concernant les festivités : « Il faut déplorer les réalités tournantes sur les festivités à Mamou. Aujourd’hui, s’il faut donner des médailles à ces diffèrent prédateurs, il faut donner à un certain Mamady Kalo, un architecte, qui s’est emparé des 151 projets au mépris des architectes et entrepreneurs locaux  des festivités, de Boké, N’zérékoré et Mamou ! Il s’est emparé de la quasi-totalité de ces marchés ».

Par ailleurs, Moody Oury Moringa Diallo affirme « au moment où la commission interministérielle était en train d’évaluer les offres,  Mamady Kalo était là entrain de distribuer les marchés gré à gré par rapport à des entreprises ».

Assy Diallo

Facebook Comments