Virus Ebola« Coyah est désormais un foyer actif du virus Ebola », c’est en ces termes que Dr Ousmane Yattara, directeur préfectoral de la santé de la ville, a entamé un discours tenu ce mardi soir à la maison des jeunes de la préfecture.

Selon lui, ce sont quatre (4) personnes, venues de la Sierra Léone, qui ont été reçues dans une clinique appartenant à Dr Maz, dans la commune urbaine. Après plusieurs jours de traitement sans amélioration de leur état de santé, ces personnes ont été envoyées à l’hôpital national de Donka, à Conakry, où les tests ont confirmés qu’elles souffraient du virus Ebola.

Aussitôt, la direction préfectorale de la santé de Coyah a été informée de cette situation. C’est ainsi que tous les 13 agents de santé de cette clinique ont été recensés. Il leur a été demandé de fournir individuellement la liste des membres de leurs familles pour une surveillance régulière pendant 21 jours.

Une autre femme, toujours en provenance de la Sierra Léone, est arrivée à Coyah il y a quelques jours, au camp Kwamé Nkrumah où elle a rendu l’âme. Tardivement informé de ce décès, le directeur préfectoral de la santé de Coyah a affirmé, au cours de cette rencontre, ignorer dans quelles circonstances cette femme a été enterrée. Les deux personnes qui étaient en contact avec cette pauvre dame sont actuellement malades.

Le 3ème cas le plus inquiétant est celui de cet ancien surveillant de l’hôpital préfectoral de Coyah, actuellement gérant d’une clinique dans la commune urbaine. Il y a reçu un malade d’Ebola au Km 54. Il a lui aussi été confirmé positif à Ebola, tout comme son épouse et un de ses enfants, toujours selon le directeur préfectoral de la santé de Coyah.

Un autre jeune garçon de 13 ans, suspecté à Dubreka et qui a échappé à la surveillance des agents de santé de cette préfecture, s’est réfugié dans la sous préfecture de Kouria, relevant de Coyah. Il a été retrouvé et conduit à Donka, om le test s’est avéré  également positif.

La porosité de nos frontières n’est plus à démontrer avec ces nombreux cas de personnes infectées venues de la Sierra Léone. Toute chose qui relance les débats sur le laxisme des autorités dans la gestion de la fièvre Ebola depuis son apparition.

Alpha Mamadou Diallo

Commentaires