Les femmes commerçantes de Macenta qui ont déclenché, mercredi, un mouvement de protestation contre le secrétaire général de la commune urbaine, Ibrahima Fofana ont déposé, le même jour, une plainte à la compagnie de la gendarmerie territoriale contre le sieur Ibrahima Khalil II Traoré, membre de la coordination préfectorale des associations de jeunesse de la localité, a appris Guineematin.com d’un acteur de la société civile de la préfecture.

Le mis en cause est accusé d’avoir voulu saboter la démarche pacifique des femmes commerçantes en lançant des projectiles au moment où les manifestantes sont arrivées à la mairie pour répondre à l’invitation du maire.

« Nous avons trouvé le maire dans son bureau. Mais, il n’a pas voulu échanger avec les femmes qu’il avait lui-même programmé. Ibrahima Khalil II Traoré s’est mis à crier. Il a lancé des pierres, pour qu’on dise que ce sont les manifestantes qui ont troublé la rencontre. Nous avons compris alors qu’il est un infiltré des autorités communales.
C’est pourquoi, les femmes ont porté plainte contre lui à la gendarmerie » explique le président de la coordination préfectorale des associations de jeunesse de Macenta.

A rappeler que depuis hier, mercredi 7 juin 2017, rien ne va plus entre les autorités communales de Macenta et les femmes commerçantes du marché qui réclament le départ sans conditions du secrétaire général de la commune urbaine, Ibrahima Fofana, contraint de quitter son bureau et son domicile pour se réfugier ailleurs « à N’Zérékoré », selon certaines sources.

A suivre !

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin