Les pèlerins guinéens ont commencé à rallier la Mecque, en Arabie Saoudite, pour effectuer le pèlerinage, le cinquième pilier de l’Islam. Pour parler de ce sujet d’actualité, Guineematin.com a reçu ce vendredi 11 août 2017, la visite d’Oustaze Mohamed Ramadan Bah, islamologue et imam de la mosquée Markaze, à Koloma. Il a été question entre-autres de ce que le musulman doit faire aux lieux saints de l’Islam et des conditions à remplir pour faire le pèlerinage.

Guineematin.com : l’actualité est dominée par le Hadj. Dites-nous ce que c’est que le pèlerinage et comment ça doit se faire ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : le hadj est le 5ème pilier de l’Islam. Dieu nous dit dans le saint Coran « Dieu a prescrit aux hommes, par déférence envers lui, de se rendre en pèlerinage pour quiconque en a les moyens ». Ça, c’est un verset qui se trouve dans le chapitre ‘’Ali Imran’’. Et, le prophète (PSL) nous dit dans un hadith, que l’Islam est bâti sur cinq piliers. Le 5ème pilier est le pèlerinage. Ça consiste à se rendre à la Mecque pour faire le pèlerinage.

Guineematin.com : comment le pèlerinage à la Mecque doit-il être effectué par le fidèle musulman ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : le pèlerinage est un ensemble de mouvements. Le musulman, une fois arrivé à la Mecque, avant d’atteindre la maison sacrée qu’est la Kaaba, il doit se purifier, changer de vêtements. Il doit enlever les vêtements cousus pour les hommes, attacher une serviette. Ensuite, il doit prendre une 2ème serviette pour couvrir le reste du corps. Ensuite, il se rend à la Kaaba. Vous savez, il y a 3 sortes, 3 manières de faire le pèlerinage. Il y a ce que nous appelons Tamattou, qui consiste à faire le petit pèlerinage et le grand pèlerinage à la fois. Ensuite, il y a ce qu’on appelle Al Kiran et Al Ifra. C’est le premier, le Tamattou, qui est le plus accompli par les pèlerins de chez nous. Donc là, arrivés à l’endroit où ils doivent se purifier, ils se purifient et se rendent à la Mecque. Quand ils arrivent à la maison sacrée, la Kaaba, ils entrent et font la circumambulation. C’est-à-dire, ils font 7 fois le tour de la Kaaba. Ensuite, ils vont marcher entre Safoua et Marwa. Là aussi, ils vont faire 7 tours, 7 fois l’aller et le retour. Après cette étape, soit ils se coupent les cheveux, ils se coiffent ou se rasent totalement la tête. C’est ce qui met fin au petit pèlerinage.

Guineematin.com : qu’en est-il alors pour le grand pèlerinage ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : comme ils sont allés pour le grand pèlerinage, ils se rendent à leur hôtel ou à leur lieu d’hébergement, après ce petit pèlerinage, ils changent les serviettes qu’ils avaient prises pour porter des vêtements cousus. Ils restent là jusqu’au 8ème jour du mois lunaire. Ce 8ème jour, ils se purifient, changent de vêtements pour s’habiller comme la première fois. Ensuite, ils vont à Mina où ils doivent passer la nuit. Au petit matin, ils se rendent à Arafat où ils doivent stationner toute la journée du 09 du mois lunaire. Là, ils doivent faire surtout des invocations, lire le Coran, faire des prières. Il faut également éviter de parler d’autres choses qui ne sont pas liées au pèlerinage. Le jour d’Arafat est un jour sacré. C’est le meilleur jour de l’année. Il faut donc apporter beaucoup d’importance à cette journée, surtout pour ceux qui sont allés au pèlerinage.

Guineematin.com : et pour ceux qui sont ici en Guinée par exemple ? On voit certaines personnes jeuner ce jour là. Qu’est-ce qu’on récolte quand on jeune le jour d’Arafat ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : pour ceux qui ne sont pas partis au pèlerinage, ils doivent jeuner ce jour-là. Jeuner ce jour-là efface les péchés de l’année précédente et même ceux de l’année suivante. Il s’agit des petits péchés. C’est dont très important pour ceux qui ne sont pas allés à la Mecque de jeûner ce jour-là. C’est une journée d’une très grande importance, surtout pour ceux qui sont à la Mecque.

Guineematin.com : quelle va être la suite pour les pèlerins à Arafat ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : donc, beaucoup d’invocations et de lecture du Coran sont recommandées à Arafat. Ils font des prières pour eux-mêmes, pour leurs familles, pour leur pays et pour tout le monde. Le prophète (PSL) nous dit dans un hadith, que « le pèlerinage, c’est le jour d’Arafat ». Après le coucher du soleil, ils vont quitter Arafat pour se diriger vers Moujdalifa. Il y a certain s qui peuvent marcher puisque c’est à environ 5 kilomètres. Il y en a qui ne peuvent pas parce que c’est des vieilles personnes, ou certains sont malades. Ceux-là peuvent s’embarquer. Arrivés à Moujdalifa, ils ne doivent pas faire la prière du crépuscule (Maghrib) et celle du soir (Isha) en route. Ils doivent attendre à leur arrivée à Moujdalifa pour faire ces deux prières à la fois.

Guineematin.com : pourquoi ne le feront-ils pas, étant donné qu’il n’est pas permis de manquer une prière obligatoire ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : vous savez, l’Islam facilite les choses. Puis qu’ils sont en route, il n’est pas facile de jumeler les deux à la fois, la marche et la prière. Le prophète (PSL) nous dit qu’il faut arriver à Moujdalifa, même si c’est dans la nuit, pour accomplir ces deux prières.

Guineematin.com : comment doit-on passer la nuit à Moujdalifa ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : on passe la nuit là-bas, à la belle étoile. Ça, c’est la religion qui le dit. Il y a certains qui se trompent, après avoir fini de faire la prière, certains traversent pour aller à Mina. Mais, ce n’est pas comme ça, c’est une erreur. Les pèlerins doivent éviter cela. Ils doivent passer la nuit à Moujdalifa. Au petit matin, après la prière de l’aube, ils ramassent les pierres puis qu’ils doivent aller lapider la stèle à Mina. Donc, ils se rendent à Mina où les choses sont bien indiquées, il y a beaucoup de guides pour cela et qui vont indiquer comment pratiquer cette adoration. Donc, ils vont tout doucement et ils commencent la lapidation. Ce sera le 10ème jour, autrement dit, le jour de la fête. Cette action doit se faire doucement. En marchant on ne doit pas bousculer les gens, on ne doit pas se paniquer. Maintenant c’est très facile, tout est bien indiqué, les voies sont larges. Arrivés à l’endroit, ils jettent les pierres.

Guineematin.com : on parle souvent de lapidation de Satan. Qu’est-ce qu’il en est ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : non, ce n’est pas Satan qu’on lapide. Il y a certains qui pensent ainsi. En lapidant, en jetant les pierres, ils pensent qu’il faut jeter avec force, il faut crier. Non, c’est parce que le prophète l’a fait que nous aussi nous le faisons. Ce n’est pas Satan, il faut tout simplement jeter doucement la pierre. Après, cette étape, ceux qui peuvent aller faire la circumambulation à la Kaaba, ils continuent. Mais là, ce n’est pas facile. Là, c’est ceux qui ont la force pour aller faire les 7 tours obligatoires le jour de la fête. Ceux qui peuvent le faire le même jour, vont le faire avant de retourner à Mina. Quand ils arrivent à Mina, ils doivent changer de vêtements. Avant cela, ils doivent se raser. Pour les sœurs et les mamans, elles doivent couper un peu leurs cheveux. Ils doivent rester à Mina pendant ces trois jours. Pendant ces trois jours, ils doivent choisir un jour pour aller faire la circumambulation à la Kaaba pour ceux qui ne l’avaient pas fait le jour de la fête. Pendant ces trois jours, ils doivent faire des invocations, lire le coran, s’abstenir de dire du n’importe quoi.

Guineematin.com : quand reviennent-ils à la Mecque ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : c’est après ces 3 jours passés à Mina qu’ils reviennent à la Mecque. Ils reviennent à leur lieu d’hébergement où ils doivent rester jusqu’au jour de leur départ pour la Guinée. Le jour de leur retour au pays, ils doivent aussi aller la circumambulation à la Kaaba. C’est l’étape pour dire au revoir. En résumé, c’est donc ça le pèlerinage. Ce n’est pas une chose facile parce qu’il faut beaucoup marcher, beaucoup s’arrêter, faire beaucoup d’invocations. Mais, ce n’est pas aussi tellement difficile pour celui qui a la volonté. Quand on pense qu’on a quitté notre pays uniquement pour ça, ce ne doit pas être difficile. Ça demande de la patience, du courage pour effectuer le pèlerinage.

Guineematin.com : dans quel cas peut effectuer le pèlerinage à la place d’un parent décédé ou fatigué ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : celui qui doit effectuer le pèlerinage à la place d’une autre personne doit avoir déjà fait le pèlerinage pour lui-même. Donc, c’est quelqu’un qui connait les lieux saints à savoir la Mecque, Mina, Arafat, Moujdalifa. Cette personne doit être capable, avoir la force d’accomplir ce pèlerinage. Donc, il va faire le pèlerinage au nom de cette personne.

Guineematin.com : qui doit faire le pèlerinage ? Dans quelle condition une personne est amenée à effectuer le pèlerinage ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : Dieu a été clair sur cette question. Le pèlerinage est prescrit à tout musulman qui en a les moyens. Donc, il faut être musulman, être majeur, avoir toutes ses facultés mentales et physiques, avoir les moyens matériels…

Guineematin.com : est-ce que l’origine de ces moyens est déterminante dans ce processus ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : pour aller au pèlerinage il faut des moyens licites. Il ne faut pas prendre de l’argent illicite et dire que je vais au pèlerinage. Ce pèlerinage ne sera pas exhaussé. Et, une fois que ce pèlerin ou soi-disant pèlerin met le pied sur la passerelle de l’avion, en faisant des invocations, les anges vont lui répondre qu’il n’est pas la bienvenue à la Mecque puisque ses provisions sont illicites, son transport est illicite. Donc, lui il va à la Mecque et pas au pèlerinage, c’est comme s’il faisait le tourisme. Il faut aller à la Mecque avec des moyens licites.

Guineeematin.com : on voit souvent les gens se bousculer à la Kaaba pour caresser la pierre. Est-ce une condition pour effectuer le pèlerinage ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : caresser ou embrasser la pierre, c’est recommandé. Mais, quand il y a l’embouteillage, quand il y a beaucoup de monde, il suffit juste de dire « Bismillah, Allah Akbar » en faisant signe et on passe. C’est-à-dire que tout est facile en Islam. C’est nous qui compliquons les choses, si non ce n’est pas du tout difficile.

Guineematin.com : pour quelqu’un qui a bien effectué le pèlerinage, qu’est-ce qui peut gâter cela ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : c’est le Shirk qui peut gâter tout, c’est le fait d’associer Allah à autre chose. Ça, il faut l’éviter puisque c’est quelque chose qui annule même notre islam. C’est la seule chose qui va gâter le pèlerinage.

Guineematin.com : quelqu’un qui veut aller à la Mecque, qu’est-ce qu’il doit préparer ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : c’est très simple. Il n’est pas dit d’envoyer à la Mecque n’importe quoi. Il vous suffit de quelques vêtements, deux à trois complets seulement. A cela, on ajoute un tout petit sac, une paire de chaussures. Il n’est pas dit qu’il faut ramasser des cailloux, des branches, la terre….Rien de tout ça. Vous savez, à la Mecque, même la noix de cola n’est pas permise, pas parce qu’elle est interdite par l’Islam, mais ils n’acceptent pas. Ils ne veulent pas d’encombrement. C’est les guides qui doivent jouer ce rôle en informant, en sensibilisant les pèlerins. Vous devez avoir votre ceinture pour garder vos documents et votre argent.

Guineematin.com : est-ce qu’il ya des risques de vol pendant le pèlerinage ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : effectivement, il faut faire beaucoup attention. Partout il y a des bandits, même à la Mecque. Il y a des voleurs là-bas. C’est des scènes auxquelles moi-même j’ai assistées. Il y a des gens qui cherchent à voler l’argent des pèlerins, surtout des vieux. Il faut aider ces gens là. Les jeunes qui vont avec les vieux, ils doivent les aider surtout en faisant la monnaie. Beaucoup de nos parents qui ne connaissent pas la valeur de la monnaie. Ils vont à la Mecque avec des dollars qu’il faut convertir en Rials, l’unité monétaire saoudienne, pour faire des achats. En monnayant, il y a des trafiquants, des gens mal intentionnés qui cherchent toujours à soutirer, à tromper ceux qui ne connaissent pas.

Guineematin.com : à quel moment doit procéder à l’immolation du mouton ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : ça se fait le 10ème jour. Mais, ceux-là qui sont à la Mecque ne vont pas assister à l’immolation. Ils doivent juste verser l’argent à la banque. Mais là aussi, il y a un problème puisque des gens détournent cet argent. Donc, il faut verser l’argent à la banque. Il y a des gens qui quittent même chez nous ici, qui vont là-bas, quand on réunit l’argent pour leur donner, ils n’immolent pas, ils détournent l’argent. C’est pourquoi il faut verser le montant à la banque.

Guineematin.com : est-ce qu’il y a un mal à ce qu’un pèlerin achète des objets à la Mecque pour venir les revendre après en Guinée ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : on peut le faire après avoir fini le pèlerinage. Il ne faut pas acheter avant. Si non, on ne va pas pour acheter, mais pour le pèlerinage. C’est après avoir fini qu’on peut le faire. C’est ce que la religion nous dit.

Guineematin.com : on a remarqué que le retour des pèlerins donne lieu à des cérémonies pompeuses. Quelle est la position de l’Islam là-dessus ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : ça fait partie de ce qui a été ajouté à cette religion. En partant pour le pèlerinage, il n‘est pas dit qu’il faut donner trop aux pèlerins. Si on a les moyens on peut le faire. Mais, il ne faut dire qu’il faut le faire forcément. Au retour des pèlerins aussi, il ne faut se fatiguer, en se disant qu’il vous faut un bœuf, un mouton ou autre chose. Si vous avez les moyens, faites-le. Mais, au cas contraire, ne vous endettez pas. Ce sont des cérémonies qui ne sont pas recommandées. Mais dire que c’est interdit, ce serait trop dire. Mais, en tout cas, ce n’est pas recommandé.

Guineematin.com : quels conseils peut-on donner à des pèlerins revenus de la Mecque pour leur éviter de dévier du droit chemin ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : le prophète (PSL) nous dit que celui qui effectue le pèlerinage comme il se doit, et qui ne commet aucun péché, il redevient comme le jour de sa naissance. C’est-à-dire qu’il n’a plus aucun péché. Donc, il faut préserver cela en changeant de comportement. Cela doit se voir sur celui qui est allé au pèlerinage. Quand il revient, on doit voir en lui un changement radical de comportement. Il doit savoir que désormais, il est Elhadj ou Hadja. Il doit changer, préparer le terrain et attendre la mort. Il doit se préparer au paradis. C’est ce que le pèlerin doit avoir comme conduite au retour de la Mecque.

Guineematin.com : on remarque que les gens revenus de la Mecque portent le titre de Hadja ou El hadj. Est-ce que c‘est obligatoire et d’où vient ce titre ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : c’est le nom du pèlerinage. Le pèlerin s’appelle Al hadj. En arabe le pèlerinage c’est Al Hadj. Donc, c’est à cause de ça si non, ce n’est pas recommandé. Par exemple, vous ne verrez pas en Arabie Saoudite ou dans les pays du Golfe un Elhadj Ahmadou ou autre, ou Hadja Fatima…il n’y a pas ça chez eux. Le hadj c’est un voyageur, c’est le voyageur. C’est quand ils partent qu’on les appelle Elhadj. Quand ils sont de retour du voyage, ce n’est plus la peine.

Guineematin.com : que dire des turbans que les gens portent autour de la tête ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : ça aussi, même les arabes, ils se moquent souvent de nous. Même nos mamans portent cela. Les gens commencent à porter cela à l’aéroport de Djeddah. Là-bas, les femmes ne portent jamais cela. En Arabie Saoudite, ce sont les hommes qui portent le turban, mais les femmes ne portent pas ça. Et quand les arabes voient ne mamans porter cela, ils se moquent carrément de nous. Donc, porter le turban ne veut rien dire, en tout cas, ça ne fait pas partie du pèlerinage. Le turban n’est pas l’insigne du pèlerinage.

Guineematin.com : est-ce qu’il vous arrive de faire des prêches sur de telles questions pour dire aux gens de ne pas adopter de telles attitudes qui ne sont pas recommandées par le prophète (PSL) ?

Oustaze Mohamed Ramadan Bah : oui, nous le faisons souvent. Que ce soit dans les sermons, dans les différentes stations de radios, dans les journaux ou comme chez vous ici. Nous le faisons partout. Il y a certains qui comprennent et d’autres par contre ne le comprennent pas. Mais, c’est comme ça…

La rédaction

Facebook Comments