Ce sont de nombreuses personnes qui sont venues adhérer à l’Upr ce samedi, 21 octobre 2017, à l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire, sous la présidence de son leader, Elhadj Bah Ousmane, rapporte le journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Au nombre des sujets abordés, il y avait notamment la rencontre entre Bah Oury, vice-président exclu de l’Ufdg et Elhadj Bah Ousmane, président de l’Upr.

Mais, ce sont d’abord les nouveaux adhérents qui ont été présentés au grand public. Parmi eux, Jacob Dopavogui (venu de Coyah), Cpt Sékou Condé (de Matam et chef de délégation), Ali Mamy Kéïta, Abdoulaye Touré, Mohamed Kaba, Mohamed Dabo, Barry, Bouna Barry, Fodé Soumah, Fodé Soumah, Binta Camara, Amadou Tidiane Bah, M’mahawa Daffé, Demba Kéïta, Fodé Ousmane Bangoura, Bah Abdoulaye Enta, Alpha Oumar Bah de Bantounka.

En prenant la parole, Jacob Dopavogui, originaire de Macenta, après avoir décliné son identité, s’est dit heureux de venir à l’Upr participer au débat politique de son pays.

« Je suis de Macenta mais j’ai de très bonnes relations avec la famille de Hadja Saoudatou de Pita (épouse de l’Hon Elhadj Mamadou Toulel Bah du Bureau exécutif de l’Upr). Elle me considère comme son 1er fils et j’ai décidé de la rejoindre à l’Upr. J’habite à Coyah et je suis à la tête de plusieurs associations. Je suis également l’un des responsables du bureau des ressortissants de Macenta. Je suis avec l’Upr et son Président maintenant et pour toujours », a déclaré le doyen dans un tonne d’applaudissements.

De son côté, le Capitaine Sékou Condé (à la retraite), expliquera que c’est grâce à Mme Nyalen qu’il est à l’Upr. « J’ai décidé d’adhérer à ce parti, sincèrement je n’étais pas dans la politique mais j’ai été convaincu par Mme Nyalen et j’ai décidé de venir avec elle pour soutenir l’UPR et son leader ».

Dans le carnet des activités, c’est Younoussa Bah du comité national des jeunes (CNJ) qui a pris la parole pour expliquer leur agenda. Selon M. Bah, le CNJ suit son plan d’action et s’affaire à installer ses bureaux à travers la capitale.

Des voix se sont levées ensuite pour appeler les responsables de l’Upr à plus d’unité et de cohésion pour le bien du parti. Un appel relayé par Thierno Ousmane Diallo, chargé de l’organisation au sein du bureau exécutif, par ailleurs ministre d’Etat en charge de l’hôtellerie et du tourisme.

« Notre objectif, c’est de mobiliser le parti pour le triomphe de l’Upr. Mon homo (Elhadj Ousmane Bah, président de l’Upr) et moi, nous ne pouvons pas rester en dehors de ce parti. Puisque la politique est un comme un virus. Nous ne pouvons pas aller ailleurs et nous ne sommes pas prêts à abandonner l’Upr. Donc travaillons à la victoire du parti », a précisé le chargé de l’organisation.

En clôturant les interventions, le leader de l’Upr et conseiller spécial du Président de la République, Elhadj Ousmane Bah, a commencé par ses missions officielles en Russie et en France pour justifier son absence dans assemblées générales du parti.

Visiblement heureux des nombreuses adhésions enregistrées au niveau du parti, il a déclaré « malgré la vicissitude de la politique, notre parti continue d’enregistrer des adhésions. Des Guinéens de toutes les origines et de toutes les conditions. Je veux me réjouir de votre adhésion et vous souhaiter la bienvenue et merci de nous avoir fait confiance ».

Ensuite, il abordé l’état du parti en France et ailleurs où les activités étaient au ralenti depuis un certain temps.
« A la faveur de la mission que j’ai faite en France, je me suis rendu compte que notre parti a encore beaucoup de militants et de sympathisants. Tous ceux qui sont venus me voir à l’hôtel m’ont réitéré leur adhésion et leur volonté de soutenir l’Upr.

Ils ont décidé de tenir une réunion le 28 de ce mois pour la relance des activités de l’Upr. A Londres également, nos militants ont décidé de renouveler la structure du parti. Dans les jours à venir, je vais aller à Dakar où ils ont renouvelé le Bureau fédéral, le comité fédéral des jeunes et celui des femmes pour la validation. Une autre mission se rendra à Abidjan très prochainement pour le même travail », a-t-il annoncé.
Selon le patron de l’Upr, « certains vont se demander pourquoi Paris, Londres, Dakar et Abidjan, et pas Guinée. C’est vrai, il nous appartient de les encourager ».

Enfin, il est revenu sur sa rencontre avec l’ancien ministre M. Bah Oury, par ailleurs vice-président exclu de l’Ufdg. « Vous avez entendu que j’ai eu une rencontre avec M. Bah Oury à sa demande le mercredi nuit. Nous avons fait le crépuscule ensemble chez moi avant de nous entretenir. Il y a eu beaucoup de commentaires après cela ».

Pour lui, cette rencontre s’inscrit dans une logique. « Premièrement, Bah Oury est ressortissant de Pita comme moi. Je suis son aîné, il peut venir chez moi comme je peux aller chez lui. Deuxièmement, il est politicien comme moi (…). A un moment donné, il était dans un camp qui nous a combattus…, c’est de la politique. Mais c’est normal qu’on est parlé de politique et certains veulent le savoir. Cela nous concerne et pas eux. Ce que voulez que je dise, vous ne l’aurez pas », a-t-il lancé aux militants avant la séance de prières et de bénédictions qui a mis fin à la rencontre.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45