La sous préfecture de Kamsar a encore renoué avec les manifestations ce mercredi, 20 septembre 2017. Après un calme précaire observé à l’aube (de 06 heures à 09 heures 50 ‘), les jeunes manifestants sont encore redescendus dans les rues de cette sous-préfecture, a constaté Guineematin.com sur place, à travers son envoyé spécial.

Le calme semblait revenir ce mercredi, après une journée émaillée de violences. Mais, c’était compter sans la détermination des jeunes manifestants qui réclament depuis le weekend dernier une fourniture régulière de l’électricité dans leurs quartiers…

Ce matin, c’est lorsque les forces de l’ordre déployés en grand nombre à la cité barrière (une centaine de policiers et de gendarmes), accompagnés des agents de sécurité de la CBG et d’un bulldozer ont commencé à nettoyer le reste des pneus brûlés et autres débris entassés sur le goudron que les manifestants ont à leur tour commencé à jeter des pierres sur les agents de maintien d’ordre. Une attitude qui a soulevé l’ire de ces derniers qui ont répliqué par des tirs à gaz lacrymogènes. À l’heure où nous écrivons cette dépêche (10h20′), les manifestations deviennent plus intenses. Face à face, on constate des jets de pierres contre du gaz lacrymogènes, avec des échanges des grossièretés qu’on ne peut pas se permettre de transcrire…

À rappeler que ces manifestations ne sont pas sans conséquence sur l’économie de cette sous-préfecture d’environ 400 mille habitants. Toutes les activités sont aujourd’hui encore au ralenti : les banques primaires, boutiques et magasins restent fermés. C’est seulement Kamsar Cité où vivent les expatriés, les employés de la CBG et autres citoyens privilégiés qui donne l’impression d’une vie normale. De l’autre côté, c’est-à-dire à Kamsar-village, nous sommes face à des scènes d’affrontements sans cesse…

A suivre !

De Kamsar, Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tel. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments