Rio TintoLa journée du jeudi 24 juillet 2014 a été marquée par d’intenses négociations entre les jeunes manifestants, les responsables de la sécurité régionale, les autorités locales et les cadres de Rio Tinto. Un accord a finalement été trouvé, les jeunes ont restitué les quatre véhicules de la société Rio Tinto et levé les barricades, a appris Guineematin.com à Beyla.

Selon nos informations, les négociations ont été menées par le commandant de la gendarmerie régionale de N’zérékoré, le colonel Niguira Camara, le commandant de la gendarmerie territoriale de Beyla, le colonel Ibrahima Jumolo Traoré, une section de l’escadron mobile de N’zérékoré et une section de la police antigang de N’zérékoré, avec des représentants de la jeunesse de Nionsomoridou et de Moribadou, le maire adjoint de Konsomorodou, monsieur Abou Camara et certains cadres de la société Rio Tinto, notamment le chargé de la communauté, Falikou Kouroumah et le chargé des relations extérieures, Loucény Cissé.

Après quelques interventions de part et d’autres, le directeur général de Rio Tinto, (côté guinéen) Mr. Diakité et son co-directeur, Mr. Gramme (côté expatrié), ont tour à tour expliqué l’importance de cette société pour les populations guinéennes, via le téléphone satellitaire, en ces termes : « Rio Tinto aura une durée de vie de 50 ans. Elle va employer au moins 45 mille travailleurs. Nous devons accepter le dialogue. Je vous exhorte à éviter la violence. J’ai déjà reçu vos huit (8) points de revendication. Je viendrai mercredi, après la fête du Ramadan… », a-t-on confié à Guineematin.com

Ainsi, le consensus obtenu, les barricades sur la route ont été levées et les quatre (4) véhicules retenus jusque-là par les manifestants ont été remis aux responsables de Rio Tinto, via les autorités locales, nous dit-on.

À rappeler que la sous préfecture de Nionsomoridou, lieu de ces manifestations, est située à 18 kilomètres à l’Est de la ville de Beyla.

Louis Haba Kolié, Beyla pour Guineematin.com

Facebook Comments