ONG contre le violLes autorités civiles locales et le chef du poste de la Gendarmerie de Salambandé, commune rurale relevant de la préfecture de Mali, dans la Région Administrative (RA) de Labé, en Moyenne Guinée, sont en ce moment en concertation dans le bureau du sous-préfet avec la famille des accusés et les proches de la victime pour régler à l’amiable, contre des espèces sonnantes et trébuchantes, un cas de viol collectif sur une mineur de 11 ans, a appris Guineematin.com d’un témoin oculaire qui a surpris les acteurs concernés ce dimanche, 11 septembre 2016, aux environs de 14 heures.

Selon le cousin de la victime, Modi Mamadou Cellou DIALLO, ce cas de viol a été enregistré le vendredi, 9 septembre 2016, après la grande prière de 14 heures, entre les villages de Diamâto et Ghâhira, relevant de la commune rurale de Salambandé. La petite fille se rendait au chef-lieu de la sous-préfecture en vue d’acheter des produits médicaux pour sa grand-mère, malade alitée quand elle a été pourchassée et rattrapée par deux élèves de l’école coranique de Aladji Alpha Diamâto. Les deux talibés ont alors ligoté avec des cordes et traîné la victime dans les buissons pour abuser d’elle à tour de rôle.

Elle a passé la nuit du vendredi, 9 au samedi, 10 septembre 2016 au Centre de santé de salambandé  où elle a reçu les premiers soins.

Joint au téléphone dans la soirée du samedi, 10 septembre, le sous-préfet de la localité, Aliou Mali DIALLO a confirmé ce cas de viol collectif et rassuré avoir dépêché le gendarme à Diamâto pour interpeller  les accusés qui sont revenus avec l’agent à Salambandé Centre.

Mais depuis, Monsieur le sous-préfet refuse de décrocher nos multiples appels. Le citoyen local que nous avons envoyé vers lui ce dimanche, 11 septembre vers 14 heures a été surpris de trouver que le sous-préfet présidait une réunion de crise pour un règlement à l’amiable. C’est en la présence de notre messager qui a eu la présence d’esprit de ne pas décliner son identité et l’objet de la visite à temps que l’administrateur territorial du coin a montrer au maître coranique des accusés nos appels en absence dans son téléphone. Histoire de convaincre Aladji Alpha Diamâto de payer vite le montant réclamé.

Pour le moment, aucune somme d’argent n’a encore été débloquée. Le maître coranique demande au sous-préfet et au gendarme de retarder le dossier à Salambandé jusqu’après la fête de tabaski. Temps qui devrait lui permettre de trouver le montant demandé pour un règlement à l’amiable.

Toutes nos tentatives de joindre le sous-préfet de Salambandé dans l’après-midi de ce dimanche n’ont pas abouti. Son téléphone sonne bien mais il ne décroche pas. Ironie du sort! Ils ont suspendus la concertation immédiatement après le départ de notre messager qui avait fini par décliner son identité avant de partir. Il s’agit de Thierno Mamadou Oury DIALLO, ressortissant du village et membre de la Section Régionale de l’OGDH de Labé qui est parti célébrer la fête avec la famille.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Téléphones: (00224) 622 269 551 & 657 269 551

Facebook Comments

Guineematin