Sékouba Konaté, Capitaine Moussa Dadis CamaraLe patron des FAA (Force Africaine en attente que les poules aient des dents) a été victime d’un « petit » accident. Mauvaise manœuvre dans sa salle de bain, et quelque chose de bouillant l’a brûlé. Pas de quoi échauder un chat, à fortiori un tigre. Mais de Nairobi, il a dû être EVACUE à charlotte, (Caroline du nord, USA) où il posséderait unentrer/coucher, comme par hasard. El Tigre n’était vraiment pas dans son assiette..

Ce fauve, ce prédateur – au sens stricrement zoologique du mot -, a besoin d’un vaste champ hanté par des lions qu’il déchire de ses griffes. Mais depuis cette interminable transition avec des politiciens roublards habiles à vous planter des couteaux dans le dos, des couteaux même pas en acier mais des langues effilées et venimeuses de caméléons, non El Tigre après s’être « contenté » du rôle de figurant, « l’âme damnée » du chaud, bouillant showman, le Niamou sans masque de Koulé, El tigre se retrouve avec un bâton de maréchal sans même un tirailleur à se mettre sous les galons. Bon, les langues bifides de boas ont parlé, après coup de quelque 10 000, 11 000 ou même 14 mille milliards de glissants engloutis dans les bâillements qui ont scandé la Transition dont il était le timonier
Profondément brûlé, il va s’emmitoufler et mariner un mois dans sa chambre d’hôtel ! Tout ce qu’il ne fallait pas faire.
C’était comme mijoter à petit feu.
Maryam Sacko a dû sentir, (l’Amour), oui l’ex première dame depuis Charlotte a senti que ça brûlait dans la cuisine. Comme cela peut arriver à un PPC (petit plat clandestin) que les fonctionnaires qui ont une signature à coutcha (dessous de table) peuvent se faire confectionner par le boy-cuisinier de madame. Elle vient et embarque vite fait le tigre ratatiné comme un minou chinois. Il est admis dans une clinique. Il y est toujours.
Rien de grave, chantent ses porte-serviette et porte-plume.
Et on « post » des photos inoffensives dans des canards où l’on voit El Tigre, un côté du visage simplement buriné, bronzé si on veut. Madame posant comme une Nabilla, habillée tout de même. A d’autres ! Des photos d’archives !
La vérité serait plus douloureuse. Il est alité. Il parle, mais ne peut pas s’alimenter. Brûlure, à quel degré ? Au degré de profondeur telle que. Vous savez, lorsque les médecins disent premier, second degré, etc., nous les lambdas nous pensons surface brûlée de la peau. Il n’en est rien. Il s’agit de la profondeur des dégâts causés par la chaleur. Sur les fesses, sauf votre respect « mon général préféré » (dixit Jean-Marie Doré pas encore PM..), y a pas draps quoi ou même sur les cuisses, pas de quoi avoir besoin d’être nutri. D’ailleurs, il y a plusieurs façons d’alimenter un malade : l’aider à tenir sa cuiller, lui mettre la soupe dans la bouche comme à une oie, ça tombe bien nous somme Noël ; gavage ça s’appelle ou procéder par perfusion (docteurs ?).
Comment est-ce arrivé ?
Mauvaise manipulation de la poire et du mélangeur de la douche.
C’est la version « sobre » que son « protocole » aurait voulu servir aux bailleurs de fonds d’Adis Abeba. 500 milles dollars par an, à quoi il faut ajouter les émoluments du Patron des FAA devenues Forces Africaines Alitées, pour faire patienter un tigre, ce n’est pas rien. Mais attention, il pourrait déballer. Il est déjà passé aux actes, en fournissant une liste à Fatou Bensouda (TPI). Je me demande s’il a pensé s’y faire figurer..
D’ailleurs ce déballage semblerait être le cadet des soucis d’Alpha Condé qui, il y a quelques mois, avait tout de même dit à ceux qui tiennent le guichet unique d’Adis :
Si vous ne payez pas les 500 000 $, je le ferai, pourvu qu’il continue à faire la manche de capitale en capitale.
La « manche » !
Mendiant-ladji, zikrilah
Ka Allah soo,
Ka annabi soo
An-Nabi soo 

Démba nioumaa
“Battu, karibou.., basta, capito?”
Donnez à un SDF, !
Pensez au paradis ou à l’enfer ! 

De capitale en capitale, au nom de FAA..
Faux !
Depuis sa suite de l’Hôtel Ivoire où il était fatiqué de ronger ses freins, ses griffes, en attendant que Soro(s) lui fasse déposer 10 000 « tais-toi ! » en dollars. Des misères pour un tigre. Tout de même le patron des FAA exigeant du pognon en liquide, c’est le cas de le dire, c’est pour faire ? S’il a soif..
Les siffler ? Souvenirs, atavisme de lacourou.
C’est ce qu’insinuent les serpents, les mauvaises langues qui détestent les sans abri, les SDF et autres tigres en papier !
Donc le préposé au guichet de l’UA à Adis a demandé :
Il est tombé dans une piscine d’eau bouillante ?
Konaté aime le Maroc, comme tous les nouveaux riches pas seulement les 200 salopards de la première à la dernière république de Guinée. Toutes les stars du monde y ont un domaine, piscine, avec eaux thermales « et tout et tout« . Moi aussi je connais beaucoup de sources thermales au Maroc. J’ai guéri quelques allergies en m’y baignant, c’était en 1998 quand j’étais allé faire la ziara et la wazifa à Fès, près de la raouda de Cheick Tidjane Chérif (RA), le Patron de ma confrérie. Mais je n’ai pas eu la peau brûlée. Alors ces brûlures de Konaté ? Se serait-il trop longtemps exposé à un soleil de plomb en Afrique de l’Est jusqu’à tomber.. d’ivresse ? Figurez-vous, le soleil soûle l’esprit, quand il a mis le cerveau en bouillie.
Les lacourous de la FAA c’est du pipeau, on ne les attendait pas à Kidal, ni leur Commandante à la réunion de Dakar dont le thème était tout de même « La sécurité et la paix » !
Konaté coûte très cher à l’UA.
On ne veut pas de lui à Conakry.
Il ne peut rien dire au peuple de Guinée sur les drames qu’il a vécus entre 2008 et 2010. Car il peut ne pas savoir que depuis la grave rechute de Conté qui a dû alors être évacué en Suisse, depuis la période de la Conférence de Marcoussis, la « Françafric » cherchait à « déposer » le général, comme elle avait fait déposer le Commandant en chef, Bourguiba. La Françafric était en quête d’un galonné félon. Elle pensa à Kerfalla Camara (pas Phiraouna la Glisse) qui vint à Paris. Pas fiable. Malade. Il décédera très vite après.
On pensa à Arafan. Qui tomba malade et mourut bientôt. Cependant que le Général Conté donné pour mourant par le très « sérieux quotidien du soir » français, précisément pendant la conférence de Marcoussis, eh bien l’incassable général eut une rémission d’une demi-douzaine d’années. Il déjoua tous les plans tirés sur le futur par ces Barbouzes (je ne parle pas du journal !) qui ignorent la force de la déesse Nimba !
Surtout et cela est le plus important, la stratégie du dépotage ou de la dépose ou du dépotoir suppose toujours deux hommes de paille : un militaire qui dépose et un civil à qui il donne le dépôt, et à deux, ils gèrent de façon « démocratique » cette patate chaude pendant une transition de douze à 18 mois. On sait ce qu’il en est des transitions tropicales.
Après des élections libres, démocratiques et apaisées, on élit démocratiquement un président à vie, qui passera le plus clair de son temps à tripoter la Constitution.
En attendant le Balai burkinabè.
Donc la perpétuité des dictatures en tenue de camouflage, c’est sans compter avec le plan divin ou simplement la ruse de l’Histoire. Conté n’est pas parti selon les calculs mesquins de ceux qui avaient pensé à tel civil aujourd’hui dans l’Opposition pour accompagner ou se faire accompagner par tel militaire. Kerfalla, Arafan se sont succédé vers leur destin; le civil coopté depuis comme Sur les Quais (d’Elia Kazan avec Marlon Brando), était toujours le même, bien vivant quant à lui (AST l’homme-peuple), suivant son destin auquel il croit toujours. Mais celui auquel ils n’avaient pas pensé au départ, a fini par occuper la branche très fragile où il est installé aujourd’hui. Lui il est « révélé », un peu comme Abou Bakr de l’Etat islamique, autoproclamé Khalife.
Alpha Condé, c’est son nom A lélé tcho !
C’est le seul Guinéen qui sait la gravité de l’état actuel de Konaté. Lui seul sait comment est survenu cet accident que je ne lui souhaite pas fatal. Comme il sait les poux, les tours et détours du pouls de l’homme de Charlotte. Les cireurs de tatanes de Konaté murmurent à haute voix sur la Toile qui crisse :
C’est un coup d’Alpha Condé..
Vous savez, ces lasers que lancent les donsos du Sankara ou le Konkoma de Kouroussa-Siguiri.
Korotè !
Plus efficaces que les Scuds russes et même que les Patriots prêtés par l’Oncle Sam à Tsahal toujours vainquers des Gaza.
El Tigre pourrait n’être qu’un tigre en papier mais avec des dents atomiques (Mao et Kroutchev).
L’Oncle Sam n’a pas d’états d’âme. Si Ebola perdurait, qu’on nous faufile une autre transition, eh bien même Soros and Co pourraient perdre patience. Alors on (re)prend le même et on recommence.
A condition qu’il se relève, tienne debout, car en face on se lèche les babines.
Il est entre la vie et la..
Quoi ! Dadis s’en était tiré avec une balafre qui en a fait un presque Sénoufo, un Morè, Mossi, en tout cas un des Allogènes qui s’étaient laissé tuer l’un après l’autre par les « tirailleurs sénégalais » de celui qui « avait vaincu alors qu’il n’avait pas raison » (Cheik Hamidou Kane à peu près).
On ne fuira pas pour être rattrapés et colonisés, disait un de ces héros du pays des Hommes Intères.
« Il » les a tous tués. C’était au « Crépuscule des temps anciens », ce chef-d’œuvre de Nazi Boni, que Sankara a lu, mais pas Compaoré : « Il » l’a exfiltré à Yamoussoukro, et ce faux frère de Sankara va à Rabat comme si Chantal que Nana Phouphouët lui avait « donnée » venait de là-bas. Voilà que Sa Majesté a dû lui dire « nous ne gardons pas les colis très longtemps », vous avez déjà oublié celui qu’on vous avait confié ? Avec sa balafre, il est plus « Intègre » que vous ! ».
Donc Konaté peut se relever tenant une « Green card », car figurez-vous, l’Oncle Sam ne voulait pas lui accorder de visa. L’oncle Sam qui s’appelait Carson( ?) à Rabat en lui tenant la main, lui dictant les « Accords de Rabat », en présence des assesseurs, représentant la France, le Maroc et qui faisaient de lui chef de la Transition et de Dadis un colis à larguer à Compaoré qui crut que le Ciel lui avait parachuté le « corps de gloire » de Sankara !
Des ingrats, les amis Baptous ! C’est proprement mesquin. Voilà pourquoi Alpha n’en voulait plus, de ces « amis » (le fameux Groupe de contact) après son « élection démocratique » par la R-PDGtv. Je mets cela entre griffes (celles du tigre) parce que seule une R-PDGtv croit pouvoir engrosser démocratiquement le Guinéen par des coups de pilon sur la tête ! Plus de trois ans, comme aux années de béton de la Révolution globale et multiforme, elle martelait nos crânes, pour nous l’enfoncer. Comme s’ils en doutaient eux-mêmes. C’est fini maintenant. Il n’en reste que « le professeur ». Avant chaque émission, la maquilleuse leur colle ce titre devenu un hyperlatif, un cosmétique sur la lippe.
En lisant ce décret, si tu oublies, « le professeur », tu n’oublieras jamais le décret qui te balaiera !
Je vais les balayer, dès lundi !
Depuis, on attend toujours, on ne voit rien. On n’est pas aveugles.
Il est vrai que nous sommes toujours dans les ténèbres, comme dans une tombe.
Tombo I Tombo II, tous morts.
Et vint le MAURE, pas celui de Iago, d’Othello (Shakespeare), mais celui de la Mauritanie. Vous croyez que Bokoum fait du sous-Shakespeare ! Sans doute, mais c’est signé, oui comme un chèque certifié, c’est signé. Comment s’appelle ce Mauritanien qui va nous réveiller quelques Tombos ?
C’est vrai on l’a dit à la télé !
Il n’y a pas de hasard, oui.
On nous promet le courant de Conakry à Labé !
Si nous sommes toujours là..
En effet avec Ebola..
« Ce n’est pas par hasard si nous avons pris le Pouvoir, je dis, ce n’est pas AU hasard que nous avons pris le Pouvoir » !
C’est de qui ?
Lui aussi, l’appétit venant en mangeant, se croyait éternel. Il aimait parler de son camarade  Machiavel. Mais l’Histoire est plus cynique que Machaivel. De Dadis show en Dadis Show, il finit par tomber dans le trou que l’ivresse du Pouvoir vous fait creuser à votre insu.
– Caramba, lui lança Toumba !
El Tigre a fait une mauvaise chute pendant qu’il manipulait de l’eau bouillante. Mais pendant combien de temps peut-on être conscient de manipuler tout nu de l’eau bouillante ? Une transition entre une misère et un malheur peut durer plus d’un demi-siècle, comme en Guinée. Mais le passage de l’état vaseux, euh de l’état liqueux à l’état vaporeux, de 99,9999.. à 100 ?
Dans quel Etat était-il ?
Tanzanie, Kenya, Ouganda, Ohio..
Ya Châfi mon Général !
Wa Salam,
El Hajj Saïdou Nour Bokoum
Facebook Comments