La grève lancée par le secrétaire général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), dirigée par Aboubacar Soumah, est largement suivie à Siguiri depuis sa première journée. Lors de la première journée de la grève, le Directeur Préfectoral de l’Education (DPE), Mamady Doudou Camara, avait menacé « de punir » les grévistes tout en qualifiant la grève d’illégal. Des propos qu’il a dits regretter ce mercredi 14 février 2018, rapporte Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Cette menace de monsieur Camara a jeté l’huile sur le feu. Les enseignants avaient carrément boudé les cours alors que les élèves ont pris d’assaut les rues de la ville de Siguiri tout en empêchant les écoles privées de fonctionner.

Pour rectifier le tir, le DPE de Siguiri a convoqué une deuxième réunion ce mercredi. On notait la présence des chefs d’établissements, principaux et proviseurs, et les enseignants en situation de classe.

La rencontre était placée sous la présidence du préfet, Elhadj Ibrahima Kalil Kéita. Monsieur Kéita était venu en sapeur pompier pour convaincre les enseignants de reprendre le chemin de l’école.

Le directeur, Mamady Doudou Camara en a profité pour « présenter mes excuses aux enseignants. Le propos que j’ai tenu a dérangé les enseignants. Je vous invite, pour l’amour et l’avenir des enfants guinéens, de reprendre le chemin de l’école ».

Au sortir de la réunion, les enseignants qui étaient présents, ont réitéré leur engagement à poursuivre la grève. Au grand dam de monsieur Mamady Doudou Camara.

Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guinéematin.com

Facebook Comments