Les femmes catholiques de Lola ont organisé ce mercredi, 19 septembre 2018, une cérémonie de remise de « l’eau de paix » aux autorités locales. Elles ont apporté de l’eau qui symbolise, à leurs yeux, la paix dont la Guinée a besoin, a constaté le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Cette cérémonie a regroupé autour du préfet de Lola, des cadres de la préfecture, les élus locaux, les autorités sous-préfectorales, les responsables des services de défense et de sécurité au niveau local et des leaders religieux. Devant cette assemblée, plusieurs femmes catholiques sont venues avec de l’eau naturelle qu’elles ont apportée dans des calebasses et qu’elles ont déversée dans une vase posée devant le préfet de Lola, Sâa Yola TOLNO.

Selon le Curé de l’église catholique de la ville, cet événement s’explique par le fait que les femmes ont pour mission d’assainir toutes les pollutions qui rendent stériles les labours des missionnaires, par manque d’eau de paix.

Abbé Félix Nicolas KOLIE explique que « cette mission doit d’abord être une mission de prise de conscience de la situation de nos différentes communautés et de notre pays, et aussi une responsabilité de chaque femme dans cette situation et au niveau d’une responsabilité nationale, régionale, préfectorale, communautaire et sectorielle ».

Cette cérémonie s’est tenue sous le thème : « Porter et apporter l’eau vive pour une Guinée assoiffée de paix, d’unité, de réconciliation et d’amour fraternel ». Et le choix de l’eau pour promouvoir la paix et l’unité en Guinée, est dû à la place importante que ce liquide vital occupe dans nos différentes communautés, indique Madame Luopou Micheline TRAORE, présidente de la fraternité des femmes catholiques. Elle estime que les femmes doivent s’engager activement pour lutter activement contre toutes formes de violences dans notre pays.

« Regardons la situation de notre pays la Guinée dans les affres des affrontements sociopolitiques sans cesse recommencés et se soldant en pertes de vies humaines. Si les femmes ne figurent pas souvent parmi les pertes en vies humaines, si les femmes ne figurent pas souvent parmi les victimes directes de ces affrontements, elles en paient cependant le plus lourd tribut car la mort d’une vie humaine remue les entrailles d’une mère, elles les font tressaillir de douleur. La femme porte donc en elle-même cette soif de paix pour son pays et pour le monde. En ce sens, elle est ardente à porter et à apporter l’eau vive pour la paix », soutient-elle.

Quant au préfet de Lola, Sâa Yola TOLNO, il a salué ce geste des femmes catholiques et appelé l’ensemble des leaders religieux à œuvrer en faveur du maintien de la paix et de l’unité dans notre pays.

De Lola, Léopold Konté pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin